Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 avril 2014 - 14:02

Le dernier seigneur de l’île Jésus sera canonisé

Par Claude-André Mayrand

LAVAL - 

Le pape François a annoncé au Vatican, le 3 avril dernier, que le premier évêque de Québec et de Nouvelle-France et celui à qui on doit le nom de la Ville de Laval et du Collège Montmorency, François de Montmorency-Laval, sera canonisé.

Le fondateur du Séminaire de Québec sera canonisé de façon équipollente, c’est-à-dire sans qu’un miracle eût été dûment constaté grâce à lui.

François de Montmorency-Laval devient propriétaire de l’île Jésus en 1675, alors qu’il troqua l’île d’Orléans à François Berthelot, secrétaire du roi Louis XIV en retour de l’île.

Il devient le quatrième et dernier seigneur de l’île Jésus qui accueille aujourd’hui la ville qui porte son nom.

En 1680, il a cédé les droits de l’île au Séminaire de Québec.

En 1681, quatre familles avaient installé leurs pénates dans l’est de l’île Jésus.

Après la démission de François de Montmorency-Laval en 1687, monseigneur de Saint-Valier est devenu le second évêque de la Nouvelle-France.

C’est lui qui a fondé la paroisse Saint-François-de-Sales, la première de l’île Jésus, en 1702.

Le 6 août 1965, le gouvernement du Québec décrète la fusion des 14 municipalités de l’île Jésus pour former la Ville de Laval.

Quatre ans plus tard était fondé le premier établissement d’enseignement supérieur à Laval, le Collège Montmorency.

L’Hôpital Laval et l’Université Laval, à Québec, portent aussi le nom du nouveau saint.

La fondatrice du monastère des Ursulines de Québec, Marie de l’Incarnation, sera elle aussi canonisée aux côtés de François de Montmorency-Laval.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.