Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 janvier 2015 - 13:25 | Mis à jour : 13 janvier 2015 - 09:58

PHOTOS ET VIDÉO : Le sauvetage sur glace à Laval, une course contre la montre

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Chaque minute compte pour sauver une personne tombée dans des eaux glacées.

C'est pourquoi les recrues du Service de sécurité incendie de Laval continuent leur formation sur la rivière des Prairies, à Laval.

Hier, le lieutenant Sylvain Jalbert enseignait à son groupe comment évacuer une victime qui serait tombée à l’eau.

Il explique que les pompiers ne disposent que de 1 à 2 minutes avant que la victime n’ait plus de force. C’est pourquoi ils s’entraînent non seulement à intervenir rapidement sur la glace, mais également à diminuer le temps de préparation à la caserne.

“L’équipement doit être disposé correctement et chacun doit savoir ce qu’il doit faire”, dit le lieutenant.

Suicides et accidents

Tous les hivers, le Service de sécurité incendie de Laval reçoit entre 80 et 100 appels nautiques. Il ne s’agit pas toujours de personnes tombées à l’eau mais parfois aussi d’individus qui se déplacent sur la glace sans précautions en raquettes ou en ski de fond.

Le lieutenant Jalbert évoque également les cas de suicide.

Selon lui, il arrive que des individus désespérés se jettent du pont Lachappelle. Dans ce cas, il explique qu’il faut ajouter à l’hypothermie un éventuel traumatisme, car la personne a fait une chute importante et il se peut qu’elle ait des membres brisés. C’est pourquoi les pompiers sont formés à stabiliser les victimes.

Imprévisible

Selon la Société de Sauvetage, la glace est surnoise.

En effet, elle explique que si une surface est sécuritaire, elle peut devenir dangereuse le lendemain voire quelques heures après car les surfaces gelées sont très sensibles aux changements climatiques.

“Un simple vent peut déplacer les surfaces de glace et laisser d’immenses trous à des endroits insoupçonnés,” explique-t-elle.

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.