Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 février 2015 - 12:30

L’opposition demeure vive au projet de l’autoroute 19

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde

Si le projet de conclusion de l’autoroute 19 rallie les intervenants économiques et politiques de la grande région métropolitaine il n’en demeure pas moins qu’un mouvement de contestation, regroupant des mouvements écologistes et des résidents de Montréal principalement d’Ahuntsic-Cartieville, est toujours bien présent.

En janvier dernier, à quelques jours du dépôt du rapport du BAPE au ministre David Heurtel, le fondateur d’Équiterre, Steven Guilbeault, a évoqué l’investissement de 500 à 600 M $ du gouvernement québécois dans le projet comme d’un «bar ouvert» et surtout inapproprié en cette période de compressions budgétaires (journal Métro 11 janvier 2015).

La présence du maire de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Pierre Gagnier, appuyant le projet, au point de presse de la couronne nord mardi 3 février dernier, a attisé les opposants.

Le directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki, Karel Mayrand, qui est résident d’Ahuntsic, s’en est pris au premier magistrat Gagnier rappelant que l’arrondissement présentait l’un des pires bilans routiers de l’île de Montréal et que le projet était loin de faire l’unanimité dans le secteur soulignant à ce sujet la pétition de plus de 5 000 noms soumise au maire Denis Coderre et au ministre Robert Poëti. (Huffington Post Québec 4 février 2015).

Par voie de communiqué, le parti Projet Montréal s’en est pris également au maire Gagnier.

«Si le maire d'Ahuntsic-Cartierville n'est pas à l'écoute de ses concitoyens, qui l'ont élu, qui écoute-t-il?», a déclaré, entre autres, la conseillère de Projet Montréal dans Ahuntsic, Émilie Thuillier.

L’élue rappelle que tous les résidents et organismes qui ont participé aux audiences publiques du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) à Ahuntsic ont dénoncé le projet de prolongement de l'autoroute 19.

À Laval, le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval avait, aussi, manifesté son opposition au projet, tel que présenté, lors des audiences du BAPE.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.