Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
18 février 2015 - 13:03 | Mis à jour : 13:12

Des citoyens de l’Orée-des-Bois réclament l’ajout de mesures de sécurité à l’angle Justin et Jérémie

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde
Toutes les réactions 2
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Des parents réclament de la Ville de Laval l’addition de signalisations routières à l’intersection des rues Justin et Jérémie (dans Fabreville à l’est de l’autoroute 13) craignant pour la sécurité de leurs enfants lorsque vient le temps du transport scolaire.

La rue Justin, située au milieu d’un quartier résidentiel, est voisine de l’autoroute 13.  Elle est, donc, souvent empruntée par les automobilistes qui craignent d’être immobilisés dans les heures de pointe.

L’intersection de la rue Jérémie se trouve au milieu d’une courbe d’un tronçon de route de 700 mètres qui séparent les panneaux Arrêt les plus rapprochés.

«Depuis l’ouverture de la rue, en 2007, on dirait que c’est une autoroute ici, tant ça roule vite. C’est dangereux pour nous et pour les jeunes», dit Nat Palumbo qui habite le secteur.

Les résidents du secteur ont fait des représentations à deux reprises, dans le passé, pour qu’on procède à l’installation d’un panneau Arrêt à l’angle des rues Jérémie et Justin. Après avoir essuyé un refus des autorités municipales, ils sont revenus à la charge à l’automne dernier estimant que le nouveau comité de circulation pencherait, peut-être, en leur faveur.

Autre rejet

Une autre réponse négative du Service de l’ingénierie leur est parvenue au début du mois de janvier dernier.

Le refus est justifié par l’analyse du ratio\débit de véhicule, les vitesses pratiquées, la visibilité, la géométrie et la proximité de d’autres intersections contrôlées par des arrêts ou des feux. On suggère aux requérants de s’adresser à la commission scolaire pour envisager un changement de parcours pour l’autobus.

Un autre Lavallois qui se dit inquiet de la situation, Tamer Gayed, dit qu’il en va de la sécurité pour les nombreux jeunes qui prennent et descendent du transport scolaire à cette intersection.

«On a beaucoup de jeunes enfants, des 6 à 8 ans entre autres, qui n’ont pas nécessairement le réflexe de regarder lorsqu’ils sortent de l’autobus. Ce n’est pas tous les automobilistes qui ont la courtoisie d’arrêter pour les laisser passer. Si rien ne change, un accident arrivera un jour.»

D’ailleurs, le chauffeur de l’autobus scolaire considère qu’il y a un certain danger puisqu’il place son véhicule à mi-chemin dans la rue perpendiculaire afin de freiner les déplacements des automobilistes.

Tamer Gayed dit avoir été témoin d’un geste téméraire de la part d’un conducteur. «Il a tout simplement contourné l’autobus et poursuivi son chemin comme si de rien n’était.»

Pour éviter ce genre de comportement, en plus de l’autobus scolaire qui bloque la voie à la hauteur de la rue Jérémie, voilà que les parents se placent au beau milieu de la voie afin d’aller récupérer leurs enfants qui descendent du bus  (voir la vidéo qui accompagne cet article).

Réactions

Du côté du transporteur scolaire, Robert Paquette Autobus et fils de Saint-Eustache, on ne signale aucune plainte quant à ce trajet. «Je n’ai reçu à ce sujet. Un changement de trajet sera-t-il possible. Il faudrait étudier le tout avec la commission scolaire de Laval. Cependant, ce qui serait plus facile ce serait d’apporter des changements à la signalisation si problème il y a», a dit Martin Paquette, président-directeur général de l’entreprise.

Quant à la manœuvre de son employé afin de ralentir le flot automobile, le dirigeant de Robert Paquette Autobus et fils ne condamne pas le geste du chauffeur. «Si c’est pour assurer la sécurité, je ne pourrais être contre. On doit voir à assurer la sécurité des écoliers.»

Le conseiller du district, Alain Lecompte, déplore le fait que le comité circulation ait rejeté la proposition sans suggérer d’alternatives. «On pourrait placer un feu clignotant, un passage piétonnier qui pourrait être actionné, des dos d’ânes. De multiples solutions sont possibles.»

Réévalution

Lors de la séance du conseil municipal de février la question a été ramenée. Le maire Marc Demers a indiqué qu’il allait remettre le dossier au comité de circulation sans promettre pour autant les changements souhaités.

La conseillère Sandra Desmeules, membre du comité de circulation, n’a pas voulu s’engager non plus pour une révision de la décision.

«Il y a énormément d’attente envers le comité. Je vais devoir expliquer aux élus quel est son rôle. Je vais m’asseoir avec le conseiller Lecompte pour voir ce qui cloche dans la réponse reçue. Je n’ai pas l’analyse du dossier, je ne la commenterai pas», a-t-elle dit simplement à L’Écho de Laval.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactions
  • Oubliez ça! J'habite le coin Justin et Jessica depuis 2001. À cette époque la rue ne débouchait pas... d'ailleurs, c'était très agréable, car nous avions une belle butte (ou est le bassin de rétention d'eau maintenant) où glisser l'hiver. Depuis nous avons un arrêt-stop et une AUTOROUTE! Eh oui, malgré mes démarches à l'époque avec le poste de quartier, même à arrêter les auto-patrouilles qui circulaient, pour faire quelque chose. Rien. Je peux compter sur une main les campagnes de surveillance pour le respect du stop et de la vitesse. Les gens roulent à tombeau ouvert. Lors d'une séance du conseil, près de 50 résidents, qui s’était déplacé pour une question de zonage avait demandé l'installation d'un dos-d'âne. Le maire avait refusé: "On n'en met plus à Laval. Ça ne règle rien, mais ça cause du bruit et les plaintes s'en suivent, nous avait-il répondu." L'arrêt qui devait répondre à un besoin criant, soit de laisser circuler en sécurité les jeunes qui fréquentent le parc Isabelle (et le module pour les tout petits), en fait, laisse croire qu'ils le feront en sécurité.... mais c'est tout le contraire. Les automobilistes, 3 sur 7, passent sans même ralentir. Et nous sommes devant le parc. Qu'il soit midi un samedi, 16h00 sur semaine ou 2 heures du matin, un trop grand nombre d'automobilistes ralentissent même pas. Croyez-vous que ça fera une différence au coin de Justin et de Jérémie? Moi je ne le crois pas. Ça devrait. Mais ça ne le fera pas. Il y avait eu un panneau électronique qui affiche la vitesse... j'ai pas noté de changement aux comportements. Déplacer l'arrêt d'autobus scolaire? Ayoye. Vous allez le placer où? au stop de Justin et Jacques? Un coin qui n'est pas plus sécuritaire avec l'achalandage encore plus grand. Et bien sûr le non-respect du panneau. Je ne suis pas un fervent de la répression... mais pour la rue Justin c'est la seule solution dans mon livre.

    MARC PATRICK ROY - 2015-02-18 18:09
  • Justin street Mr. Roy needs alot of attention from the city, All that is not aceptable, at least for the security of our kids. It appears now, that neither on summer nor on the winter our kids will be secure.

    Tamer Gayed - 2015-02-19 17:21