Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 décembre 2016 - 14:31

Une ressource attendue pour protéger les œuvres du territoire

Le comité exécutif de la Ville de Laval recommande l’adoption d’un cadre de gestion en art public

Par Salle des nouvelles

Une bonne nouvelle pour le domaine des arts et de la culture à Laval : le comité exécutif va recommander au conseil municipal d’adopter un cadre de gestion en art public.

 

« Éléments phares de notre patrimoine, les œuvres monumentales témoignent de notre identité collective, et l’art public assure la présence de la beauté dans nos milieux de vie. Nos concitoyens seront donc rassurés et fiers de savoir que ce cadre de gestion veille à leur pérennité », mentionnait Raynald Adams, conseiller municipal de Renaud et membre du comité exécutif responsable du dossier culturel.

 

Rappelons que la Ville de Laval est propriétaire de 58 œuvres d’art public et de 60 œuvres à caractère commémoratif. L’ensemble de ces acquisitions et le traitement de la collection se feront maintenant grâce à des balises officielles et des ressources dédiées.

 

Six principes directeurs

L’adoption du cadre de gestion en art public assurera désormais une saine gestion de l’art public à tous les niveaux. En effet, le document définit toutes les étapes du processus d’acquisition ou d’intégration de l’art public sur le territoire ainsi que les approches pour la conservation et la mise en valeur des œuvres. L’ensemble des actions associées au cadre de gestion est guidé par les six principes directeurs suivants :

 

·         Valoriser le territoire

·         Favoriser l’équité

·         Reconnaître l’apport des artistes

·         Viser l’adhésion des citoyennes et citoyens

·         Encourager une cohésion municipale

·         Assurer une gestion responsable

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.