Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 juin 2017 - 10:40 | Mis à jour : 10:42

Le professeur Benoît Mercier reçoit la Mention d'honneur de l'AQPC

Par Salle des nouvelles

Benoît Mercier, professeur de philosophie au Collège Montmorency, a été honoré le 8 juin dernier à l'occasion du 37e colloque de l'Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) qui se tenait à Montréal. Il a reçu avec fierté la Mention d'honneur de l'AQPC des mains de la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, et du président de l'AQPC, Richard Moisan.

Cette distinction souligne l'engagement pédagogique des lauréates et lauréats, la qualité de leur travail, ainsi que la passion qu'elles et ils mettent au quotidien pour aider leurs étudiantes et étudiants à apprendre et à réussir. Au courant de cette cérémonie à la fois solennelle et festive, 59 lauréates et lauréats ont reçu la Mention d'honneur sous les applaudissements nourris de 500 de leurs pairs.

Benoit Mercier a contribué à la mise sur pied d’un projet visant à favoriser la résilience des jeunes face à la radicalisation et aux discours extrêmes, en encourageant le dialogue, les échanges et la réflexion critique. Ce projet comprend trois axes : les interventions en classe accompagnées d’une trousse de formation en ligne, des conférences publiques et un forum jeunesse. Le forum qu’il a organisé et tenu au Collège Montmorency a donné lieu à une présentation par deux étudiants lors de la Conférence Québec-UNESCO portant sur la radicalisation des jeunes.

L'ensemble des membres du personnel du Collège félicite M. Mercier pour cette Mention d'honneur bien méritée et le remercie pour son implication remarquable au sein du Collège Montmorency.

Sur la photo
Au centre, le lauréat Benoit Mercier reçoit sa Mention d’honneur des mains d’Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur (à gauche), et de Richard Moisan, président de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) (à droite). 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.