Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
11 septembre 2017 - 10:53

Drapeaux en berne devant l’Hôtel de Ville

Jour commémoratif national des pompiers

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval, M. Marc Demers a fait mettre les drapeaux de l’Hôtel de Ville en berne hier pour souligner le premier Jour commémoratif national des pompiers. 

«Cette journée, instaurée par le gouvernement du Canada pour rendre hommage aux pompiers morts en service, sera aussi soulignée ici à l’Hôtel de Ville de Laval. Chaque deuxième dimanche de septembre, à l’instar des autres villes du pays, nous rendrons hommage à ces femmes et à ces hommes qui ont choisi de porter secours à leurs concitoyens, toujours avec courage et, parfois malheureusement, au détriment de leur propre vie» a déclaré M. Marc Demers, maire de Laval.

C’est le 25 août dernier que l’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a annoncé l’instauration officielle du Jour commémoratif national des pompiers, consacrant ainsi le deuxième dimanche de septembre à la mémoire des pompiers qui ont péri dans l’exercice de leurs fonctions.

«Il faut reconnaître l’abnégation des pompiers, saluer leur altruisme et leur détermination à sauver des vies, en faisant leur devoir où que se trouvent les dangers et les menaces pour nos citoyens. Face à ces pompiers qui perdent la vie pour en sauver d’autres, nous avons un devoir de mémoire. Nous devons aussi tous être fiers et admiratifs de tous les autres pompiers, dont ceux de Laval, qui poursuivent le travail en dépit des risques. À eux aussi, nous rendons hommage aujourd’hui» a conclu Mme Sandra Desmeules, membre du comité exécutif, responsable des dossiers de sécurité publique et conseillère du district de Concorde-Bois-de-Boulogne.      
   
Il faut rappeler que selon la Fondation canadienne des pompiers morts en service, plus de 1 300 pompiers ont péri dans l’exercice de leur fonction depuis 1848.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.