Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
13 octobre 2017 - 15:42

Le maire veut connaître rapidement les causes du déraillement

Déraillement de train à Laval

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

Le maire de Laval, Marc Demers, s’est rendu sur les lieux du déraillement du train de la Québec-Gatineau Railway aux abords du pont ferroviaire qui relie Laval à Terrebonne sur la rivière des Mille-Îles.

« Le plan d’urgence a bien fonctionné. Il n’y a aucun blessé et très peu d’impact environnemental. Nos équipes d’urgence ont mené rapidement une opération efficace, en collaboration étroite avec les équipes de Terrebonne que l’on remercie », a déclaré le maire de Laval sur les lieux du déraillement.

Se réjouissant du fait que les conséquences environnementales aient été limitées, le maire a également mentionné qu’on avait réussi à désenclaver, le plus tôt possible, les citoyens du secteur de Saint-François puisque les opérations d’urgence nécessaires avaient débordé sur le boulevard des Mille-Îles. Le maire a remercié les citoyens pour leur compréhension et leur patience pendant la période où la circulation a été bloquée.

« Maintenant, il faut retirer les wagons qui sont sur la berge et réparer les dégâts. Nous allons attendre les résultats de l'enquête de cet accident, confiée au Service de police de Laval. Cette enquête implique la collaboration de plusieurs partenaires. Nous voulons connaître les causes précises du déraillement afin que les correctifs à apporter soient effectués rapidement pour éviter tout autre accident du genre, lequel aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves », a indiqué le maire Demers.

M. Demers a conclu en félicitant toutes les équipes sur le terrain et en mentionnant que l’on pouvait être fier de l’application réussie du plan d’urgence.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Il se fait voir parce que on ait en élections. Sinon il reste caché.

    candy3@videotron.ca - 2017-10-13 16:21