Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mars 2018 - 14:02

Dossier des boissons alcoolisées : le maire joint sa voix à celle de la ministre Charlebois

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval a pris note de l’appel fait au gouvernement fédéral par la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, afin qu’il intervienne dans le dossier des boissons alcoolisées sucrées, populaires chez les jeunes.

« La ministre a raison de demander l’intervention de Santé Canada. Il faut rapidement encadrer la commercialisation des boissons à teneur élevée en alcool, en caféine et en sucre, qui mettent en danger la santé, quand ce n’est pas la vie de nos jeunes », a déclaré le maire Demers en poursuivant sur la nécessité d’un encadrement sévère et rigoureux autant sur le plan de la production que de la vente au détail.

Le maire s’est dit choqué et désolé par le décès tragique de la jeune Athena Gervais, survenu la semaine dernière à Laval. « Les parents ont beau faire leur travail, il semble que les balises et les filets légaux ne suffisent pas à contrer la réaction des jeunes au marketing qui les cible particulièrement ni leur malheureux engouement pour le goût de ces boissons », a poursuivi le maire de Laval.

Le maire a rappelé que comme municipalité, la Ville a la possibilité d’agir en collaboration avec des partenaires en santé publique, notamment par des interventions concertées avec son Service de police.

« Certains détaillants ont réagi en enlevant le produit des tablettes, mais c’est agir en aval de la question. Il se trouvera toutefois d’autres détaillants pour faire de la vente de ce produit un avantage concurrentiel sur le marché. C’est le devoir du gouvernement d’agir ici en amont en légiférant pour soustraire ce type de boissons de l’influence de la logique marchande », a conclu le maire de Laval, en félicitant Mme Charlebois pour son intervention.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.