Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mai 2018 - 12:32

concours de vidéos de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail.

Un groupe d'élèves de l'école Curé-Antoine-Labelle, à Laval, remporte les honneurs

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre du sixième concours de vidéos de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui s'est terminé le 17 mars dernier, Félix Lachapelle et ses pairs, de l'école Curé-Antoine-Labelle, ont remporté le premier prix, ex æquo avec une équipe de Valleyfield.

Il s'agit d'un honneur renouvelé pour cet élève de la région de Laval, puisqu'il avait également remporté un prix en 2017.

Sous le thème « Mon premier emploi », sa vidéo intitulée La Société des blessures du Québec démontre, avec une touche d'humour, que la santé et la sécurité au travail ne doivent pas être laissées au hasard.

Déjouez les statistiques. Protégez-vous est le message qu'il lance au public. Il remporte ainsi un prix en argent de 1 000 $. Une somme identique sera aussi remise à son établissement scolaire.

Pour visionner la vidéo : cnesst.gouv.qc.ca/concoursvideo

L'objectif principal du concours est de conscientiser les jeunes quant à leurs droits et à leurs responsabilités en matière de travail et de les sensibiliser aux risques et aux conséquences des accidents.

Les jeunes travailleuses et travailleurs : une priorité

Pour la CNESST, les jeunes de moins de 24 ans constituent une clientèle prioritaire. C'est la raison pour laquelle l'organisation s'est dotée d'un plan d'action Jeunesse, qui vise à rejoindre les jeunes, quel que soit leur parcours scolaire ou professionnel, pour contribuer à ce que les normes du travail, l'équité salariale et la santé et la sécurité du travail deviennent des valeurs de société.  

Lorsqu'on les informe de leurs droits et de leurs responsabilités en matière de travail, les jeunes deviennent aptes à jouer un rôle actif comme travailleurs, notamment en participant à la prévention des accidents du travail, en adoptant des comportements sécuritaires, mais aussi en veillant à ce que leurs conditions minimales de travail soient respectées et en s'assurant que leur travail est reconnu à sa juste valeur.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.