Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 octobre 2016 - 09:14 | Mis à jour : 09:18

Technologies OPA participe au Washington Smart Cities Week 2016 avec des représentants élus de la ville de Laval

Par Salle des nouvelles

Technologies OPA était des entreprises invitées par le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI) et la Ville de Laval pour participer à l’une des plus importantes conférences et expositions dans le secteur des villes intelligentes en Amérique du Nord : le Washington Smart Cities Week 2016 (WSCW). Cette mission, qui visait notamment à accroître les investissements en développement technologique, a permis à OPA d’entamer des discussions de partenariats potentiels avec certaines villes.
 
Selon Caroline Arnouk, présidente et fondatrice d’OPA : « Cette démarche, qui a donné lieu à des rencontres constructives et à des occasions de collaboration, démontre le sérieux de la Ville de Laval dans la poursuite de sa transformation vers un concept de ville intelligente. OPA est en ce sens habileté à gérer la gestion relative aux  enjeux de coordination liés à l’exécution des travaux et apte assurer une mobilité urbaine toujours améliorée. »
 
Accompagnée de plusieurs délégués de la Ville, notamment M. David De Cotis, maire suppléant et membre du comité exécutif et M. Stéphane Boyer, conseiller municipal, Caroline Arnouk a pu participer à plusieurs séminaires, dont la conférence Public & Private Sector Approaches for Innovative Partnerships, donnée par le Dr Aisha Bin Bishr, directeur général du Smart Dubai Office, qui donnait un aperçu de l’utilisation des services partagés intelligents et des infrastructures par Dubaï, utilisation qui a permis à la mégalopole d’économiser plus d’un milliard de dollars au cours des 13 dernières années.
 
« L’importance de l’apport technologique dans la gestion des chantiers urbains est indéniable. Cette reconnaissance ouvre la porte à l’atteinte d’une ville plus intelligente, mieux adaptée et, qui plus est, tournée vers le 21e siècle », soutient Caroline Arnouk, qui est optimiste face à l’apport que pourrait avoir OPA pour la Ville, notamment au niveau de l’amélioration des chemins de détours entourant les multiples chantiers ainsi que dans le choix des trajets empruntés par le transport collectif.
 
Des pourparlers avec la ville américaine d’Austin
La présidente et fondatrice d’OPA a également pu échanger avec le responsable du département des communications et des technologies d’Austin, aux États-Unis, qui s’est montré très intéressé à l’idée d’une collaboration. Les données de la Ville seront utilisées prochainement dans le cadre d’une démonstration afin d’évaluer la possibilité d’un projet-pilote avec OPA.
 
OPA est la première et la seule plateforme permettant l’optimisation de la collaboration des projets d'infrastructures urbaines et la gestion de la mobilité. Cette dernière permet aux organismes publics, comme aux entreprises privées de génie-conseil, de planifier les fermetures, de marquer les détours, de prendre en compte les données de trafic ainsi que de détecter les conflits en temps réel. La plateforme facilite également la collaboration entre les différentes parties prenantes (police, transport collectif) affectées par ces entraves. OPA améliore le partage des informations et des données entre les entités grâce à son accessibilité et son interface intuitive.
 
À propos de Technologies OPA
Fondée en 2015 par Caroline Arnouk, ingénieure civile et détentrice d’une maîtrise en gestion des infrastructures urbaines, Technologies OPA s’est donnée pour mission d’optimiser la gestion de la mobilité urbaine afin de répondre aux défis qui surviennent dans un contexte de travaux de construction simultanés. L’entreprise, établie à Laval, se fait un devoir d’assurer la fluidité de la circulation des personnes, des marchandises ainsi que de l’information, et ce, spécialement en milieu fortement urbanisé, que ce soit dans les secteurs privé ou public.
 
Pour plus d’informations, consultez le www.opatech.ca.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.