Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 juin 2017 - 09:32

La Ville annonce une subvention de 360 000 $ au CQIB pour 2017 et 2018

Par Salle des nouvelles

La Ville de Laval est heureuse d’annoncer le versement d’une contribution financière de 360 000 $ au Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB) pour 2017 et 2018. Cette aide permettra de soutenir la croissance du CQIB et pour Laval, de poursuivre ses efforts afin d’assurer son leadership dans le secteur des sciences de la vie et des technologies de la santé.
 
« Nous sommes très fiers des résultats du CQIB depuis son lancement il y a une vingtaine d’années. Cet incubateur fondé par l’INRS et la Ville de Laval est sans contredit une réussite. Son bilan est considérable, soit une cinquantaine d’entreprises incubées, dans un environnement corporatif des plus propices. En ce moment, une dizaine d’entreprises profitent de laboratoires de qualité et d’équipements communs sophistiqués. La relève est au rendez-vous », a souligné le maire de Laval, Marc Demers.
 
Au cours des six derniers mois, le CQIB a accueilli trois nouvelles entreprises : Ilkos Thérapeutiques, une société chargée de mettre au point un composé utilisé pour traiter l’ulcère veineux; Glycovax qui œuvre dans les nanotechnologies appliquées au traitement du cancer et autres maladies; et Smart Medicine, une organisation manufacturière contractuelle (CMO) dans l’industrie des cosméceutiques. Ces trois entreprises s’ajoutent aux sept qui poursuivent leur développement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.