Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 mars 2015 - 17:00

Portraits de Lavallois et abris Tempo

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

Toutes les réactions 1

Jacinthe Robillard, 35 ans, Lavalloise et photographe, compte parmi les 14 artistes de l'exposition Banlieue!

Elle y exposera 28 portraits de Lavallois.

Toutes les photos ont été prises sous un abri Tempo, chez ses parents.

« Je ne me suis jamais gênée pour dire que je venais de Laval, c'est la banlieue qui a fait de moi qui je suis », dit-elle.

Suicide

Jacinthe a grandi dans le quartier Sainte-Rose qu'elle décrit comme «typiquement américain».

C'est là qu'a commencé son cheminement artistique, quand un de ses voisins s'est suicidé, un soir d'été.

«On a beau vivre dans des maisons toutes pareilles, on ne sait pas ce qui se passe derrière chaque porte», relate-t-elle avec beaucoup d'émotion dans capsules de banlieue (2013).

Ses recherches se concentrent alors sur l'individualité dans les milieux homogènes.

Lors de sa première exposition, Intérieurs Monochromes (2008), à Verticale - centre d'artistes, elle photographie des religieuses.

«À l'intérieur du couvent, chacune avait choisi la couleur de sa chambre», explique Jacinthe.

Tempo

Pour Banlieue!, elle a choisi la blancheur immaculée des abris temporaires pour révéler la singularité des Lavallois.

«Le Tempo est une icône de la banlieue hivernale et c'est une invention de Laval», dit-elle.

Pendant deux jours, ses sujets ont pris la pose, sous la lumière diffuse du plastique blanc, avec pour seule consigne de garder une expression neutre.

Derrière le décor uniforme et les poses identiques, ses photos révèlent les signes distinctifs de chacun : un regard, un chapeau, une expression du visage.

Jacinthe insiste. Malgré le semblant d'homogénéité, on est tous différents.

«Je voulais montrer qui sont les gens qui habitent à Laval, c'est un regard intérieur sur la banlieue.»

Jacinthe est également régisseur plateau, elle enseigne la photographie et a fondé avec trois autres artistes le Cabinet, espace de production photographique.

 

Lire également : Laval, la reine des banlieues

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Moi aussi je viens de Laval et je n'ai pas peur de le dire. Bravo pour cette démarche artistique.

    patricesaucier - 2016-12-16 18:48