Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 mars 2016 - 16:21

Grand dévoilement du M.U.R. à l’école secondaire Leblanc

Le pari d’une création collective d’envergure entre la Rencontre Théâtre Ados et l’ensemble de la population de l’école secondaire Leblanc a été remporté fièrement avec le dévoilement de l’impressionnante murale du projet de médiation interculturelle M.U.R. Mobiliser. Unir. Réinventer. 

« Il y a 1 an, l’équipe de la RTA rêvait d’un immense projet dans lequel des artistes en théâtre, en cinéma et en arts visuels pourraient créer avec l’ensemble de la communauté étudiante un objet symbolique visant à célébrer la diversité culturelle, faciliter l’intégration des nouveaux arrivants et renforcer la cohésion sociale et le sentiment d’appartenance. Des centaines de personnes ont pris part à cette aventure et c’est avec beaucoup d’émotions que nous inaugurons aujourd’hui cette murale permanente avec nos partenaires de Leblanc. C’est motivant pour le milieu artistique de travailler avec une équipe de direction d’école aussi dévouée auprès des jeunes, ouverte aux nouvelles initiatives et convaincue que la culture est essentielle pour une communauté étudiante en santé. », soulignait Sylvie Lessard, directrice générale et cofondatrice de la Rencontre Théâtre Ados, aux côtés de Monsieur Jean-Sébastien DesRosiers, directeur de l’école secondaire Leblanc.

C’est à partir d’un corpus d’oeuvres littéraires québécoises touchant au thème de l’identité qu’une dizaine d’artistes-médiateurs de la RTA ont entrepris une série de rencontres et d’ateliers d’exploration avec les groupes d’étudiants à l’automne 2015. 

Séances de réflexion, d’écriture, de mise en lecture, d’ateliers plastiques et d’expression corporelle, les chemins empruntés par les ados ont mené à la création de matériaux riches et fidèles à l’identité de chacun. C’est à partir de ces matériaux — textes rédigés « à la manière de » et photos des jeunes travaillées en sérigraphie — que la scénographe Ariane Thibodeau a idéalisé une murale faite de tiges d’acier, de vinyle et de… 510 cubes en bois. 

Ces cubes, tous uniques, présentent une façade avec silhouette ainsi qu’un syntagme écrit par chaque participant. L’oeuvre assemblée, soit les cubes enfilés de façon mobile sur les tiges d’acier, permet de poursuivre la création pour de nombreuses années en produisant, à la manière dadaïste, une multitude de « cadavres exquis », forme type de la création collective.

Des bénéfices concrets pour la communauté 

Soutenu par la Conférence régionale des élus de Laval, le projet M.U.R. a accompli ses objectifs de départ : il a favorisé un dialogue interculturel libre et inclusif, créé des rencontres synergiques entre les différentes communautés culturelles, encouragé l’expression artistique des adolescents et augmenté le sentiment d’appartenance des jeunes envers leur école et leur milieu de vie. 
Déposé sur un plan triennal afin de faire vivre l’expérience artistique à d’autres écoles secondaires de Laval, le projet cherche désormais de nouveaux partenaires afin de palier à la disparition des CRÉ. Le partenariat de longue date entre la RTA et la Commission scolaire de Laval a prouvé ces dernières années que l’art peut contribuer de façon significative à la persévérance scolaire et à l’intégration harmonieuse des jeunes des communautés immigrantes. Les deux instances sont bien déterminées à reconduire leurs projets structurants en médiation culturelle.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.