Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 mai 2018 - 13:43 | Mis à jour : 14:27

Littérature

Les finalistes du Prix CALQ - Oeuvre de l'année à Laval enfin dévoilés

Par Salle des nouvelles

Le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Conseil régional de la culture de Laval (CRCL) sont heureux d’annoncer les noms des trois finalistes du Prix du CALQ – Œuvre de l’année à Laval.

Ce prix, assorti d’un montant de 5 000 $, vise à souligner le travail d’un artiste, d’un écrivain ou d’un collectif d’artistes lavallois dont l’œuvre a fait l’objet d’une présentation publique récente

Les finalistes sont : Catherine Eve Groleau pour son roman Johnny, André Pronovost pour son récit intitulé Kerouac et Presley ainsi que l’artiste en arts visuels Jocelyne Thibault pour son œuvre Les Conversations sédimentaires.

C’est dans sa maison à Sainte-Rose que Catherine Eve Groleau trouve l’inspiration pour la création de son premier roman.  Johnny est une fresque québécoise se déroulant des années 50 à 80 relatant les aventures d’un Abénaquis et sa rencontre avec Valentine.

Ce roman évoque la difficile émancipation des femmes et des Amérindiens, les milieux obsolètes de la mafia des années soixante et les mirages du rêve américain. Catherine Eve Groleau y rend avec un étonnant pouvoir d’évocation ces éternels marginaux évoluant dans le clair-obscur de la petite criminalité et de la lointaine banlieue.

Ce n’est que grâce à sa plume, qui leur redonne toute la grandeur tragique qu’ils ignoraient eux-mêmes posséder, qu’ils trouvent là où s’apaiser. Johnny est publié aux Éditions du Boréal en septembre 2017.

L'art de s'enraciner dans le mouvement

Kerouac et Presley est un récit dans lequel André Pronovost nous entraîne sur les routes du Québec et de l’Amérique, guitare en bandoulière. Le vaste monde, qui va de Laval à la Floride, en passant par Pointe-Saint-Charles et par la piste des Appalaches, l’auteur l’a parcouru, tantôt en train en compagnie de Kerouac, d’Elvis et de Félix, tantôt à pied avec Thoreau, Rousseau ou saint François d’Assise.

Peu de livres, depuis Le Survenant, auront réussi cette synthèse du coureur des bois et du paysan, cet art de vivre qui consiste à s’enraciner dans le mouvement. Œuvre d’abord offerte gratuitement en ligne, elle a par la suite trouvé deux éditeurs. Ouvrage publié en octobre 2017 dans la collection Nomades de Leméac Éditeur.

Être témoin des liens qui se tissent au sein d'une communauté d'artistes

Les Conversations sédimentaires de Jocelyne Thibault est un livre d’artiste réalisé pour l’exposition Atelier Graff : le livre d’artiste repensé, dans le cadre du 50e anniversaire de l’atelier.

Cette œuvre s’appuie sur un dispositif interactif qui engage le corps dans la lecture de l’œuvre et revisite la matérialité ainsi que la fonction du livre. Avec elle, nous plongeons dans l’intimité de conversations tenues entre l’artiste et ses pairs pendant sa résidence, témoignage des liens essentiels qui se tissent au sein d’une communauté d’artistes.

Œuvre présentée de novembre 2016 à mai 2017 à BAnQ Vieux-Montréal et récemment acquise par cette institution pour sa collection.

 

 

Le nom de la personne lauréate sera dévoilé le 14 juin 2018 à 20h au Collège Letendre à Laval.

 

 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.