Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 avril 2017 - 11:45

Le 28 avril, la Ville de Laval honore ses employés décédés au travail

Par Salle des nouvelles

Soulignée dans plus de 100 pays, la Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail est l’occasion d’honorer la mémoire de personnes décédées dans le cadre de leur fonction professionnelle. La Ville de Laval participe cette année à l’événement : les drapeaux de l’hôtel de ville seront ainsi mis en berne le 28 avril.
L’administration municipale profite également de cette journée pour faire l’annonce d’une initiative visant à perpétuer, auprès de leurs collègues actuels et futurs, la mémoire des employés décédés dans le cadre de leur fonction professionnelle. Le maire de Laval, Marc Demers, a ainsi annoncé que des plaques commémoratives en l’honneur de ces travailleurs seront installées à l’entrée de leur lieu de travail respectif.

Quatre cols bleus et quatre policiers décédés en service
L’histoire de la Ville de Laval est marquée par la perte de huit employés.
Cols bleus
-          Maurice Vanier, chauffeur-opérateur, décédé en 1975
-          Jean Maheu, électricien, décédé en 1980
-          Jacques Filiatreault, journalier, décédé en 1985
-          Marc Desforges, journalier, décédé en 2000

Policiers
-          François Florent, de la Cité de Pont-Viau, décédé en 1957
-          Valérie Gignac, matricule 803, décédée en 2005
-          Daniel Tessier, matricule 523, décédé en 2007
-          Éric Lavoie, matricule 699, décédé en 2008

 
Pour le maire de Laval, la commémoration du 28 avril revêt une double signification : « Nous perpétuons la mémoire de nos collègues qui ont perdu la vie au service des citoyens, mais nous rappelons aussi à nos employés actuels l’importance des consignes en matière de santé et de sécurité au travail, pour lesquelles la Ville investit d’importants efforts de conscientisation. » Francis Desjardins, vice-président santé et sécurité du syndicat des cols bleus de Laval, abonde dans le même sens : « Le 28 avril, c’est une occasion mondialement reconnue d’affirmer qu’il est inadmissible, en 2017, de perdre sa vie à la gagner! Nous en profitons pour rappeler à nos collègues de travailler en toute sécurité, pour retourner en pleine forme auprès de leurs proches après chaque quart de travail. »

La Ville de Laval pilote plusieurs projets de prévention axés sur la santé et la sécurité (SST). Parmi ceux-ci, mentionnons la mise sur pied d’un modèle d’affaires permettant la communication et l’uniformisation des activités SST (mandataires SST, ambassadeurs terrain), le déploiement de solutions-outils permettant la sensibilisation et l’éducation (vidéo, capsules SST) et le déploiement d’audits dans les services pour faire le bilan des avancées et pour sensibiliser aux changements à apporter.
 
Journée internationale de commémoration des travailleurs morts ou blessés au travail
C’est le 28 avril 1984, à Sudbury en Ontario, que l’on souligne pour la première fois une journée de deuil en l’honneur des travailleurs décédés. Dès l’année suivante, le Congrès du travail du Canada décrète le 28 avril comme journée du souvenir des travailleurs blessés ou tués. Le Parlement canadien en fait une journée officielle en 1991, et met depuis son drapeau en berne tous les 28 avril. Le Parlement de Québec fait de même. La journée du 28 avril est soulignée dans environ 100 pays.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.