Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 mai 2017 - 08:45

Victimes de fraude recherchées

Par Salle des nouvelles

Le Service de police de Laval a procédé, tôt hier matin, à l’arrestation de Lucie Paquette, 52 ans, concernant une fraude qui aurait duré 14 ans. La supercherie était si bien présentée aux victimes que ces dernières acceptaient de remettre divers montants d’argent à l’accusée, dans l’espoir d’en obtenir un plus gros par la suite.  Actuellement, 6 victimes connues lui ont remis une somme dépassant le million de dollars.

Les enquêteurs croient que d’autres personnes auraient pu être flouées par Lucie Paquette. Ils recherchent des victimes qui auraient investi des sommes d’argent sans jamais avoir été remboursées. Les faits peuvent remonter aussi loin qu’au début des années 2000.

L’accusée utilisait toujours le même stratagème pour convaincre ses victimes de lui remettre de grosses sommes d’argent. Elle établissait d’abord un lien de confiance en leur expliquant qu’elle était en attente d’un héritage considérable. Elle affirmait que celui-ci était en litige à la cour et qu’il engendrait des déboursés importants de frais de notaire et d’avocat, qu’elle n’était plus en mesure de payer. Elle demandait alors de l’argent comptant, des chèques ou des virements bancaires en leur promettant plusieurs millions de dollars en retour, une fois qu’elle toucherait son héritage.

L’accusée a des antécédents semblables. En 2007, elle a plaidé coupable à des accusations de fraudes à la Cour du Québec, à Montréal, pour 9 dossiers ayant le même modus opérandi. Cette fois, c’est un montant totalisant 180 000 $ qu’elle avait dérobé à ses victimes.

Toute personne qui désire fournir de l’information permettant de faire progresser l’enquête, peut le faire de façon confidentielle via la Ligne-Info 450 662-INFO (4636) ou via le 911 en mentionnant le dossier LVL 170202 057.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.