Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
2 juin 2017 - 08:49

Le Service de police de Laval déplore des propos vulgaires tenus par l’un de ses ex-policiers dans le cadre d’une enquête

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre de la commission d’enquête sur la protection de la confidentialité des sources journalistiques, certaines informations ont été rendues publiques, hier, concernant une enquête criminelle du Service de police de Laval (SPL) tenue en 2014. Le SPL regrette que des membres des médias aient pu se sentir heurter par les propos rapportés.
 
« Le choix des mots utilisés par l’ex-lieutenant-détective Anthony Donato pour décrire son opinion sur les intentions de l’ex-sergent-détective Dominico Di Genova est en effet déplorable. Ce langage n’est aucunement représentatif de celui utilisé par l’ensemble des policiers de Laval, reconnus pour leur professionnalisme et leur intégrité », affirme le directeur du SPL, M. Pierre Brochet.
 
RAPPELS DE FAITS
En 2014, le SPL a constaté une fuite d’information pendant que se déroulait une importante opération policière, mettant du coup en danger la sécurité des policiers impliqués. La sécurité des policiers étant une priorité absolue, des recherches ont été effectuées afin d’identifier la provenance de la fuite. Quand l’ex-sergent-détective Di Genova a avoué être à l’origine de celle-ci, une enquête criminelle a alors été ouverte pour entrave, tel que le prévoit la Loi sur la police.
 
Par respect pour les travaux en cours à la Commission Chamberland, le SPL comme l’ensemble de la Ville de Laval ne commenteront pas davantage la situation et attendront les conclusions du rapport à venir pour prendre connaissance des recommandations. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.