Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 février 2018 - 14:18

Des vols de près de 2 millions $ sont maintenant résolus

Par Salle des nouvelles

Le Service de police de Laval a procédé, le 22 février dernier, à l’arrestation de Evens Riodin, âgé de 38 ans, et de Gabrielle De Morasse, âgée de 30 ans. Ce couple de St-Lin fût arrêté pour des introductions par effractions commises depuis octobre 2016 dans des commerces de Laval et des environs. Les suspects ont comparu pour 11 chefs d’accusations d’introduction par effraction, 1 chef de complot et 2 de recels.

Vol au magasin La Baie
Dans la nuit du 19 août dernier, une quinzaine de valises s’était retrouvée dans le stationnement du Carrefour Laval lors de la fuite des suspects. Ayant été surpris par les agents de sécurité du centre d’achat, les voleurs avaient quitté rapidement à bord d’un camion U-Haul.

L’enquête qui s’en est suivi a permis de les relier 10 autres vols avec le même modus operandi, dans 5 autres villes : Longueuil, Gatineau, Montréal, St-Lin des Laurentides et Terrebonne. Le groupe ciblait les commerces à grande surface tels que SAQ, Bureau en gros, Best Buy et certaines pharmacies. Ils forçaient l’entrée pendant la nuit et prenaient la fuite avec un camion loué pour transporter leur butin ailleurs.

Près d’une vingtaine de policiers ont participé à la perquisition du 22 février qui a permis de retrouver, dans un entrepôt de Montréal, des items reliés aux vols. L’enquête est toujours en développement et des accusations additionnelles vont possiblement suivre.

Le directeur Pierre Brochet tient à souligner le travail des enquêteurs : « La persévérance de l’équipe des crimes contre la propriété a permis de mettre fin à ce réseau et démontre à la population l’importance de ne pas banaliser l’achat d’items recelés qui affecte grandement le milieu du commerce de détail. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.