Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 mai 2018 - 10:21 | Mis à jour : 10:27

La police de Laval recherche des victimes d'un présumé prédateur sexuel

Par Salle des nouvelles

La division des enquête criminelles du Service de police de Laval a procédé à l’arrestation, le 4 avril dernier, de Dominic Fournelle, âgé de 50 ans, pour possession de pornographie juvénile.

Le suspect, qui n’a aucun antécédent criminel, a comparu le lendemain pour des chefs d’accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile. Il a été libéré avec plusieurs conditions à respecter.

Le suspect a été ciblé car il aurait échangé à ce sujet des fichiers sur le web. La perquisition suivant son arrestation a permis la découverte de plusieurs milliers de photos et de vidéos à caractère sexuel impliquant des personnes mineures.

L’analyse de ce matériel laisse croire que l’individu aurait abordé des jeunes filles, à bord de son véhicule, pendant qu’il se livrait à des attouchements sur lui-même. Des fichiers remontant à 2014 permettent la description des deux véhicules dont le suspect a été propriétaire.  Voir les photos ici-bas, à titre indicatif seulement.

Appel aux victimes

Le Service de police demande à la population de rapporter tout incident impliquant cet individu. Celui-ci visait principalement des jeunes filles noires, âgées de 10 à 14 ans. Sur certaines photos retrouvées, il est possible d’identifier des secteurs de Laval. Cependant, d’autres demeurent de lieux indéterminées.

Vous pouvez rejoindre la Ligne-Info du Service de police de Laval au 450 662 INFO (4636) ou le 911 en mentionnant le dossier LVL 161117 027.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.