Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 mai 2018 - 06:00

L'AFPAD lance trois nouvelles capsules dans le cadre de la Semaine des victimes et survivants d'actes criminels

Par Salle des nouvelles

Pour souligner la Semaine des victimes et survivants d’actes criminels 2018 sous la thématique Transformer la culture ensemble, l’AFPAD se démarquera par le lancement de trois capsules d’information en ligne depuis le 28 mai.

  • La cybercriminalité – Entrevue avec le Commandant Martin Desbiens-Côté, responsable des modules crimes technologiques et cyberenquêtes au SPVM, à propos de la prévention de la cybercriminalité et le changement des habitudes des utilisateurs.
  • La médiatisation – Entrevue avec Pierre Tourangeau, consultant en éthique et gestion des médias, concernant le rôle des médias lors d’un drame d’homicide, ainsi que les avantages et inconvénients de la médiatisation.
  • Les conséquences de l’homicide d’un proche – Témoignage de Christine Carretta, enseignante et auteure du livre Ma sœur, sauvagement assassinée, sur les conséquences physiques, psychologiques et familiales de l’homicide d’un proche, en plus des effets sur le retour au travail.

Le but visé par notre démarche est de mieux informer et sensibiliser la population afin de changer les perceptions et les comportements vis-à-vis les personnes touchées par un homicide. 

L’AFPAD a également réalisé pour chacune des capsules un carton informatif qui résume chacun des sujets. Ces cartons seront distribués au kiosque de l’AFPAD lors du Colloque fédéral qui aura lieu au Hilton Lac-Leamy à Gatineau le 28 mai prochain.

À propos de l'AFPAD

Depuis sa fondation en 2005, l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) représente plusieurs centaines de familles au Québec et entend poursuivre sa mission par le développement de nouveaux services et d’outils permettant à ses membres de briser l’isolement et de développer entre eux un lien de solidarité.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.