Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 juin 2018 - 09:20 | Mis à jour : 10:35

La naloxone sauve la vie d'un Lavallois

Par Salle des nouvelles

Une semaine seulement après l'annonce d'un protocole d'entente entre Urgences-Santé et le Service de police de Laval, pour l'approvisionnement des policiers en naloxone, un antidote aux opioïdes, la vie d'un citoyen a été sauvée, le 13 juin dernier. 

Un homme dans la trentaine a en effet été retrouvé inconscient, par un membre de sa famille, dans le secteur de Chomedey. Des items se trouvant à ses côtés ont aussitôt fait suspecter une surdose de drogue.

Peu de temps après l'appel au 911, un officier du Service de police s'est présenté sur les lieux pour rapidement administrer une première dose de naloxone à la victime. À l'arrivée d'Urgences-Santé, celle-ci était toujours inconsciente. Les paramédics ont poursuivi les soins en administrant une deuxième dose de naloxone. La victime a lentement repris conscience et a été conduite à l'hôpital. 

« Nos policiers sont des premiers répondants. Tout a heureusement été mis en place, avec Urgences-Santé, pour répondre à de telles situations. En 2017, nous avons eu quatre décès à Laval clairement reliés aux opioïdes. Les doses de naloxone fournies par Urgences-santé ont été réparties entre les policiers de différentes sections, dont la  gendarmerie, les postes de quartier et des unités d'enquêtes. Les policiers sur le terrain sont ainsi maintenant en mesure d'agir rapidement lors d'une exposition aux opioïdes. Hier, nous avons vécu cette vie sauvée comme une certaine victoire sur ce fléau qu'est la consommation d'opioïdes », souligne Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.