Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 janvier 2015 - 07:20 | Mis à jour : 07:48

Jasmin Roy parle d’intimidation avec les jeunes de Marc-Aurèle Fortin

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Le comédien et animateur Jasmin Roy a rencontré les élèves de l’école Marc-Aurèle-Fortin, jeudi 22 janvier, pour leur parler d’intimidation.

L’artiste, qui a démarré une fondation à son nom il y a cinq ans pour lutter contre ce fléau, parcourt depuis quelques années les établissements scolaires de toutes les régions pour parler de ce phénomène, mais surtout pour le prévenir et en comprendre les impacts.

Jasmin Roy a rappelé que l’intimidation l’a frappé de plein fouet. «J’en ai été victime durant cinq ans de ma vie. À cause de cela j’ai eu des problèmes de santé mentale et d’anxiété. À un moment donné j’ai décidé qu’il fallait que ça cesse et c’est pourquoi j’ai lancé ma fondation.»

Il a insisté sur le fait que les effets de l’intimidation ne se pas nécessairement perceptibles. «C’est quelque chose qui détruit intérieurement la personne qui la subit.»

La Fondation Jasmin Roy, avec l’aide de partenaires, a conçu spécifiquement pour le milieu scolaire le coffret Non à l’intimidation.

L’outil aidera concrètement les écoles à répondre aux exigences du nouveau projet de loi 56, adopté en 2012 et visant à lutter contre l’intimidation et la violence dans les écoles, en la dotant de mécanismes pertinents et efficaces pour prévenir et réduire ces fléaux.

Grâce à la participation financière du député de Sainte-Rose, Jean Habel, tous les établissements scolaires, du primaire et secondaire, de la circonscription, ont reçu un coffret d’aide de la Fondation Jasmin-Roy. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.