Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
4 mars 2014 - 12:53

Élections 2014 : une pétition contre Djemila Benhabib

Par Claude-André Mayrand

LAVAL - 

La candidature de l’essayiste Djemila Benhabib pour la prochaine campagne électorale suscite la controverse, au point ou une pétition circule présentement sur le web pour inviter Pauline Marois à rejeter sa candidate.

Le Collectif québécois contre l’islamophobie (CQCI) estime que la candidature de Mme Benhabib «va contribuer à accentuer l’islamophobie au Québec, à diviser la société et à stigmatiser davantage les Québécois musulmans», peut-on lire dans le préambule de la pétition.

Adressée à la chef du PQ, elle comptait 222 signataires au moment d’écrire ces lignes.

«Par ses prises de position hostiles au voile, au Coran et aux institutions communautaires islamiques, cette militante anti-islam a clairement affiché son manque de respect pour la liberté de conscience et de religion», précisent les signataires.

Le CQCI lutte contre l'islamophobie dans toutes les sphères de la société. Le militant Adil Charkaoui est une des têtes dirigeantes de l'organisme.

Après avoir fait campagne dans Trois-Rivières lors des élections générales de 2012, Djemila Benhabib sera maintenant candidate dans Mille-Îles, une circonscription située à Laval.

Sa candidature sera annoncée officiellement par le parti le samedi 8 mars, journée internationale de la femme.

Humaniste de l’année

Djemila Benhabib a reçu, le 3 mars, le Prix humaniste 2014 des mains de la Fondation humaniste du Québec et de l’Association humaniste du Québec.

L’auteure et militante a été honorée pour son engagement en faveur du débat sur l’importance de la laïcité.

Elle succède à l’Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité, lauréate en 2013.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.