Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 avril 2015 - 07:54

Environnement: Action Laval demande des gestes tangibles à l’administration Demers

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde
Toutes les réactions 1

Action Laval, l’opposition officielle au conseil municipal, exige de l’administration du maire Demers qu’il pose des actions concrètes en environnement, notamment pour la conservation des milieux naturels.

«Nous en avons l’habitude avec Marc Demers : beaucoup de paroles, mais très peu de concret, a affirmé le chef de l’Opposition officielle Jean-Claude Gobé. Il est très facile de parler de formalités administratives, de formules en cours et de projets pour ‘‘changer et améliorer les choses’’, mais qu’en est-il des engagements pris et des mesures à prendre dans le présent? Le maire doit prendre ses responsabilités en main».

Pour Jean-Claude Gobé, l’ultimatum du CRE et du MCV est le signe d’une lassitude croissante envers les promesses de plus en plus importantes, mais également de moins en moins réalisées par l’administration Demers, en matière, entre autres, d’environnement.

«La réponse du maire à ces deux organismes n’était rien de moins qu’une promesse de plus, s’ajoutant aux nombreuses autres. Il faut cesser de promettre et agir!», a-t-il indiqué.

Cette réaction de l’opposition officielle découle des échanges des derniers jours entre le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval et du Mouvement Ceinture verte (MCV) accusant la Ville de Laval d’en faire trop peu pour l’environnement.

Les deux organisations demandent la modification du Code de l’arbre afin que les arbres de rues soient de la responsabilité de la Ville et la désignation d’au moins 7 % du territoire lavallois avec un statut de conservation à perpétuité.

La Ville de Laval a répliqué en indiquant, de son côté, que l’actuel pourcentage de milieux naturels protégés sur le territoire lavallois est de 10,4 %. De plus, elle a fait savoir qu’un plan financier d’acquisition des trois grandes îles (Saint-Joseph, aux Vaches et Saint-Pierre) est en cours d’élaboration avec le gouvernement du Québec.

Finalement, l’administration de l’île Jésus confirme qu’elle revoit, en ce moment, son Code de l’arbre et que les changements seront effectifs en 2016.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Des organismes d'intérets proposent alors le gel de 3,000 fosses septiques. Le gel de 4,000 petits terrains en zone agricole et les exclu d'un parc immobilier valant 1 milliard et plus en progression actuellement paralyser. Ils font fit des zones boisées nouvellement proposer incluant la carrière ...(plein d'arbres j'imagine) et ses environs immédiat et même incluant, des terrains avec système d'égouts fluviaux présent.
    On encourage ainsi un territoire vert le plus grand possible,sans restrictions sans analyse et sans trop de raisonnement causant des aberrations de faits et d'illogisme évident. Les iles ne sont pas incluse, les autres groupes n'ont pas d'importance et se fout du progrès économique harmonieux citoyen et espace ver. Laval doit miser sur ses capacitées réelle de proximité pour en saisir la profondeur les aspirations et une réalité d'action juste et planifier de territoires qui servirait la fin pour laquel elle serait considérer intelligement. Jai bien hâte de proposer à la ville des solutions et non de l'envahissement de contestations inutile et non proportionel à la réalité et l'utilité.

    Jacques Pilon - 2015-04-01 17:04