Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 octobre 2016 - 11:30

Des rues de jeux libres, des enfants en santé

Par Salle des nouvelles

Le conseiller municipal de Fabreville, Michel Trottier, souhaite invalider un règlement municipal interdisant les jeux et les amusements dans les rues de Laval, afin de permettre aux jeunes de jouer librement dans les rues résidentielles de Laval.
 
Jouer dans les rues, en toute sécurité  
Dans un avis de proposition déposé au conseil municipal du 4 octobre, M. Trottier souhaite que la ville mette sur pied un mécanisme permettant aux citoyens de faire identifier leur rue comme une rue de jeux libres, tout en mettant en place les mesures d’apaisement de la circulation nécessaires et une signalisation appropriée.

« Réduire les risques de circulation automobile encourage la pratique d’activité physique chez les jeunes et améliore la qualité de vie de toute la communauté. Il est insensé de penser que dans notre ville, nos enfants n’ont pas le droit de jouer dans leurs rues », s’est exprimé M. Trottier.  
 
Des initiatives qui réussissent
La municipalité de Beloeil a lancé au mois de mai dernier le projet pilote : « Dans ma rue, on joue » afin de permettre aux citoyens eux-mêmes de déterminer les rues accueillant les jeux libres. D’autres municipalités démontrent un grand intérêt pour ce projet.

Le conseiller municipal rappelle à l’assemblée du conseil que pour l’instant, la réglementation existante permet aux policiers de donner des constats d’infraction  lorsque des rues, des trottoirs, ou d’autres lieux publics sont occupés pour des jeux ou des amusements quelconques. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.