Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 novembre 2016 - 10:49 | Mis à jour : 10:55

Le parti Laval somme le maire de ne pas augmenter les taxes en 2017

Par Salle des nouvelles

Le conseiller municipal de Fabreville et chef intérimaire de Parti Laval, Michel Trottier, somme le maire de ne pas augmenter les taxes pour l’année à venir, dans le cadre du dépôt du budget 2017 prévu lundi, le 5 décembre prochain. Le Parti Laval dénonce une "surtaxation inutile et répétée des Lavallois", considérant la situation financière de Ville de Laval présentée par le maire Marc Demers dans son rapport déposé au conseil municipal du 1er novembre 2016. 
 
Un résumé des trois dernières années 

En décembre 2014, une hausse  de taxes de 3,2% avait été annoncée par M. Demers pour l'année 2015 alors que l’Indice des prix à la consommation (IPC)  représentait une croissance de 1,4% pour la même période. Cet écart de 1,8% entre la hausse de taxes et la réalité a permis à l’administration Demers d’aller chercher inutilement $9,8 millions dans les poches des contribuables. 
  
Le 8 décembre 2015, M. Demers annonçait une hausse de 1,9% pour le compte de taxes de 2016,  en affirmant que c'était le taux d'inflation projeté pour l'année à venir.  Or, en appliquant une projection basée sur les 10 premiers mois de l’année, l'IPC de 2016 est estimé à 0,7%. Cet écart d’au moins 1,2% représente une augmentation injustifiée de $6.8 millions provenant encore une fois des contribuables lavallois. 
 
Des citoyens trop taxés  
En comparant les hausses des taxes depuis les deux derniers budgets de l’administration Demers avec l’évolution de l’indice des prix à la consommation (IPC 2015 à 2016), le Parti Laval conclut que les Lavallois auraient payé 3.0% de taxes en trop, soit plus de $16.6 millions de dollars depuis 2 ans.
 
Lors des travaux sur le budget 2015, M. Trottier avait démontré, tableau à l'appui, que l'évolution des indices des prix à la consommation ne justifiait pas ces hausses excessives du compte de taxes. L'ancienne vérificatrice générale de la ville, Michèle Galipeau, confirmait également cette surtaxation des Lavallois lors de la présentation de son rapport de vérification pour l'année 2015, affirmant "ne pas comprendre pourquoi on avait taxé le citoyen d'année en année et pourquoi on continuait à le taxer en n’utilisant pas les excédents". 


Aucune augmentation de taxes n’est justifiable en 2017 
Le chef intérimaire du Parti Laval, Michel Trottier, ainsi que son équipe, demande au maire de Laval de geler le compte de taxes pour l’année 2017. 

"Nous demandons au maire de geler le compte de taxes pour 2017 car nous estimons que la Ville a une dette envers les citoyens. Les propriétaires de Laval ne méritent pas une autre année de surtaxation et nos concitoyens locataires ne doivent pas subir les hausses de loyer potentielles liées à la surtaxation des propriétés", s'est exprimé M. Trottier.  

« Considérant la situation financière de Ville de Laval, les hausses de taxes non justifiées et les données réelles des indices économiques des deux dernières années, il n’y a aucune raison d’augmenter les taxes en 2017. Une augmentation ne servirait qu’à continuer de payer pour les projets du faux centre-ville, loin des services de proximité demandés par les citoyens pour améliorer leur qualité de vie. Il est possible en administrant sainement le budget de la ville et en limitant les dépenses inutiles d’offrir des services de qualité à la population sans les étouffer financièrement », a ajouté M. Trottier.  
 
Le budget 2017 sera déposé le lundi 5 décembre prochain lors d’un d’une séance extraordinaire du conseil. Des plénières se tiendront dans les jours suivants, avant l'adoption du budget prévue le jeudi 8 décembre.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.