Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 décembre 2016 - 10:10

Entente sur la culpabilité de Gilles Vaillancourt « une sentence bonbon ! », selon Jean-Claude Gobé

Par Salle des nouvelles

Le chef de l’Opposition officielle et chef d’Action Laval, Jean-Claude Gobé, réagit à l’entente conclue entre la Couronne et la Défense entourant les accusations à l’encontre de Gilles Vaillancourt, ancien maire de Laval, et son plaidoyer de culpabilité à la plupart de ces dernières.

Une « sentence bonbon » selon Jean-Claude Gobé
Pour le chef de l’Opposition officielle, cette entente entre la Couronne et la défense représente une « sentence bonbon » ; « Je suis estomaqué ! 9 millions de dollars et 6 ans de pénitencier, ça peut paraître gros. Mais il faut rappeler l’ampleur de la fraude auprès des contribuables, sur près de 25 ans, et que Gilles Vaillancourt pourra commencer à sortir de prison au sixième de sa peine, soit à peine un an plus tard ! », a-t-il déclaré, ajoutant, « vu la gravité des faits, qu’il puisse commencer à sortir de prison après un an est tout à fait inacceptable ! ».

Une entente pour éviter un procès et camoufler les faits
Pour Jean-Claude Gobé, cette entente sur la culpabilité de l’ex-maire de Laval lui fait éviter un procès, ce qui évite la divulgation de la preuve et des faits. « Les citoyens de Laval sont lésés dans cette entente, on enlève toutes les autres poursuites dont la plus grave, l’accusation de gangstérisme ! », a-t-il indiqué, « avec un procès, on aurait les preuves, la sentence serait exemplaire ! Il y a eu du banditisme et du gangstérisme, avec une année ou deux de prison, ce n’est pas assez, c’est inacceptable ! ». 

En conclusion, le chef de l’Opposition officielle à la Ville de Laval rappelle que seule une sentence exemplaire aurait pu permettre une rupture nette avec le passé, ce qui n’est pas le cas. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.