Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 décembre 2016 - 10:45

Récurrence de contrats à l'externe: le Parti Laval dit «c'est assez»

Par Salle des nouvelles

Le chef du Parti Laval, Michel Trottier, a remis en cause la sous-utilisation des employés de la ville de Laval, devant l’octroi d’un contrat public d’une valeur de 430 082,38$ à une firme externe d’ingénierie, entériné lors de la séance extraordinaire du conseil de ville mardi soir.
 
À la séance extraordinaire de mardi 20 décembre, le maire de Laval a proposé d’octroyer à la firme « AECOM Consultants INC » un contrat de 430 000$ afin de procéder à l’élaboration d’une Politique de stationnement. Un sujet abordé au conseil de ville depuis plus de trois ans à la demande des citoyens insatisfaits de la politique du stationnement alternatif actuellement en vigueur. Pour les conseillers du Parti Laval, la Ville possède déjà les ressources nécessaires pour effectuer des mandats de ce type.
 
« Nous avons plus de 113 employés au service de l’Ingénierie de la Ville qui opèrent avec un budget annuel de 15 millions de dollars. Ce service a le mandat de coordonner les déplacements à Laval et devrait être l’instance responsable de modifier le règlement du stationnement », a commenté le conseiller de Laval-des-Rapides, Pierre Anthian. 
 
Augmentation du personnel 

Devant une structure administrative qui a augmenté de 15,6% au cours des dernières années (485 employés), ainsi qu’une embauche massive dans plusieurs départements de la Ville, M. Trottier a questionné le maire sur une série de contrats octroyés à des firmes, alors que « ces contrats auraient pu être réalisés à l’interne, par les employés payés par la Ville », avançait M. Trottier.
 
« Depuis 2013, les ressources de la Ville augmentent pour assurer la réalisation des travaux et des contrats à l’interne. Nous sommes censés avoir rapatrié à l’interne de l’expertise pour éviter l’octroi des contrats à l’externe. Pourtant, c’est la 4e fois cette année que les conseillers du Parti Laval et moi [Pierre Anthian et Jean Coupal] sommes dans l’obligation de voter contre l’octroi d’un contrat parce que nous jugeons que les ressources internes auraient pu les réaliser », arguait M. Trottier. 
 
Contrats questionnés

Cette année, le Parti Laval a dénoncé pour l’équivalent de plus de 1,5M$ de contrats octroyés à l’externe par le maire Demers et ses conseillers.
 
En octobre, le conseil municipal confirmait l’octroi d’un contrat de consultation publique au montant de 476 168$ à la firme « Convercité », alors que la ville de Laval s’était dotée de son propre bureau de consultation publique.
 
En novembre, la Ville octroyait un contrat de 833 884$ à la firme de communication « Tam-Tam/TBWA» afin de modifier l’image de la ville auprès de la population et des médias. Les conseillers du Parti Laval avaient fortement dénoncé l’octroi de ce contrat, alors que le département de communication de la Ville compte déjà plus de 60 employés et un budget annuel de plus de 10 millions de dollars.
 
« La démarche du maire est visiblement questionnable, car elle n’empêche pas que nous dépensions des sommes considérables en engageant des tiers pour la réalisation de travaux que nous serions en mesure de faire nous-même. », a conclu M. Trottier.
 
Les conseillers du Parti Laval ont confirmé mardi soir qu’ils continueront de regarder de près l’octroi des contrats afin de défendre l’efficacité et la rentabilité des services municipaux auprès des citoyens et de cesser les dépenses inutiles aux frais des contribuables.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.