Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
13 janvier 2017 - 11:44

Perte de 16 500 emplois à Laval

La vitalité économique de Laval en déclin depuis l’arrivée en poste de Marc Demers

Par Salle des nouvelles

Le chef de l’Opposition officielle à la Ville de Laval, Jean-Claude Gobé, réagit aux plus récentes données sur l’emploi dans les régions du Québec  et dénonce le fiasco de l’administration de Marc Demers : « Laval a perdu 16 500 emplois en deux ans, et Marc Demers ne fait rien, il ne s’intéresse pas à l’économie et aux travailleurs. La pire performance au Québec ! », a-t-il déclaré.

16 500 emplois de perdus à Laval en deux ans : un véritable drame
Pour Jean-Claude Gobé, la perte de 16 500 emplois en deux ans à Laval au profit d’autres régions est tout à fait dramatique : « Nous sommes la pire région Québécoise en matière d’emploi, Laval va à reculons alors que les autres régions urbaines du Québec vont de l’avant », dénonce-t-il, « 16 500 emplois de perdus en deux ans, c’est un véritable drame pour des milliers de familles Lavalloises ! ».

La conséquence des mauvaises décisions économiques de Marc Demers
Cette perte d’emplois, selon le chef de l’Opposition officielle, n’est aucunement attribuable aux gouvernements provincial ou fédéral, ni au contexte économique : « C’est la conséquence directe des mauvaises décisions de la part de l’administration Demers et de l’amateurisme de son équipe, incapable de retenir les emplois à Laval et d’en attirer de nouveaux », a-t-il dit. « Laval est une région d’avenir et d’opportunités dont le potentiel économique est énorme, sauf que pour l’exploiter, il faut en avoir le talent. Il faut se concentrer sur les PME et l’industrie locale, et ne pas se complaire dans la bureaucratisation de l’administration municipale et ses coûteuses opérations de relations publiques et de communications pour dire qu’on agit ».

En conclusion, Jean-Claude Gobé a rappelé que Laval est une région économique comptant le plus de jeunes hommes et de jeunes femmes hautement scolarisés et spécialisés, « il n’est pas normal que ce potentiel-là ne soit pas utilisé et que ces gens soient obligés d’aller travailler ou de déménager à l’extérieur de la ville ! Il faut avoir de la vision et savoir créer une dynamique propice au développement maximal de tout ce potentiel ! » ; « La perte de 16 500 emplois à Laval au profit d’autres régions est tout à fait inacceptable ! ».

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.