Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 mai 2017 - 11:57

2e séance d’information sur l’avenir du parc Cousteau

Par Salle des nouvelles

Hier soir avait lieu la 2e séance sur l’avenir du futur parc Cousteau, dans une salle de l’école l’Orée-des-Bois, à un jet de pierre de la nouvelle école qui a occasionné à la ville le choix inévitable de redonner aux citoyens du secteur un nouveau parc. Le conseiller maintenant indépendant de l’Orée-des-Bois, Alain Lecompte, y était in extremis puisque, malgré l’assurance du service des communications le mois dernier de le concerter sur le moyen de rejoindre les gens, il n’a pas été averti par la ville mais par l’initiative du chef du Bureau de la consultation…  la journée même.   

« J’ai appris par le directeur de la Vie Communautaire que la séance n’aurait plus lieue pour cause des inondations, le 11 mai dernier.  Je remercie le chef du Bureau de la Consultation de son initiative mais cela montre à quel point la ville, en haut lieu, n’aime pas avoir trop de gens qui remettent en question ce que les grands fonctionnaires proposent et quand ça brasse trop, on se décide à bouger pour ‘consulter ‘ », termine t-il en faisant référence au consensus faible pour le parc de soccer proposé, ainsi que les péripéties connues du parc du Faubourg (2014), l’Orée-des-Bois (2015) ainsi que la parc Cluny (2017). 
 
Le terrain de soccer à 11 participants ne fait pas encore l’unanimité 
Dès le début de la présentation, la ville a clairement fait valoir qu’il « manquait » de terrain de soccer en projetant une carte et en expliquant que les berges accessibles, autour, étaient suffisantes. 

« Une belle carte avec de beaux dessins, mais pour avoir arpenté 100% du secteur: ce ne sont pas des lieux où des gens âgés, des mères avec poussette ou des gens seuls le soir pourraient s’y promener, ou des pères qui veulent jouer avec leurs enfants au frisbee le week-end.  Un parc de soccer prend beaucoup de place et ne répond qu’à une frange de la population seulement, et ça, quand ils ont le droit de l’utiliser.  D’autres emplacements de parcs de soccer existent, personne n’est contre.  J’en avait trouvés 7 après l’arrivée-surprise du terrain de soccer au parc Stéphanie, afin de préserver le parc Bois de la Source! » souligne le conseiller du district.

La participation dans la salle était de 64 personnes, presque qu’autant que le conseiller a eue lors de la 1ère rencontre d’information le mois dernier, où 80 personnes s’étaient présentés.

« De bonnes idées ont encore fusé, mais le consensus reste encore très faible sur le terrain de soccer, et ceux qui l’appuient, il y a bémols : intensité de l’éclairage, limite d’heures de jeux, le bruit, pourront-ils l’utiliser avec leurs enfants etc… ». 

La section jeux d’eau pour enfants a semblé faire l’unanimité ainsi que la petite section d’aire de pique-nique. 

Le conseiller a noté que beaucoup aimeraient non pas les nouvelles constructions projetées aux abords, mais les proscrire afin d’augmenter la superficie du parc et ainsi, obtenir un réel parc pour tous.  

« Terrain(s) de tennis, glissade, piscine, ajout d’arbres, espace de pétanque, complétaient le tableau souhaité.  Dans tous les cas, par manque d’espace, le parc de soccer écopait », informe le conseiller qui souligne au passage la volonté réelle des citoyens d’avoir un parc pour tous, qui rejoint sa philosophie depuis le tout début. 

En terminant, le conseiller a tout de même apprécié que la suggestion présentée lors de la 1ere séance ait été incorporée dans le nouveau plan de la ville: le sentier. 

« Ils ont été incapables de répondre si le sentier serait asphalté, en petites roches ou non, et surtout la largeur, afin de permettre un sentier de patin l’hiver pour couples, amoureux ou célibataires.  Mais l’effort est tout de même là. », termine le conseiller du district. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.