Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 juin 2017 - 10:35

Commission parlementaire sur le projet de loi no 137 (REM)

« La meilleure conception du projet passe nécessairement par la concertation des municipalités » Marc Demers

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval a participé hier matin aux auditions publiques  de la commission parlementaire des transports et de l’environnement à l’Assemblée nationale du Québec sur le projet de loi no 137 : Loi concernant le Réseau électrique métropolitain (REM). Un mémoire a également été déposé dans lequel la Ville demande principalement qu’il y ait une concertation entre la Caisse de dépôt et placement du Québec (Caisse) et les municipalités locales et que le gouvernement instaure un processus d’arbitrage en cas de divergences entre les parties.

L’importance de la concertation des municipalités
Pour Laval, la meilleure conception du projet passe nécessairement par la concertation des municipalités.

« Nous sommes d’avis que l’implication des municipalités améliorera la qualité de l’insertion du REM dans les quartiers. À ce jour, plusieurs ajustements ont été convenus entre Laval et la Caisse pour mieux intégrer le projet aux caractéristiques du milieu lavallois. Les discussions se poursuivent et avancent bien. Nous souhaitons que le projet de loi no 137 soit modifié de façon à préserver les acquis et pour permettre de clore de façon consensuelle les éléments toujours en discussion avec la Caisse », a affirmé le maire, Marc Demers.

Ce dernier a également soutenu en commission parlementaire qu’avec le projet de loi no 137, à défaut d’une entente conclue rapidement entre la Ville de Laval et la Caisse, les citoyens risquent de perdre certaines avancées convenues avec le promoteur, et ce, après de nombreuses heures de discussion.

Laisser libre cours à la négociation et instaurer un processus d’arbitrage
La Ville de Laval a aussi argué que la meilleure façon de garantir aux citoyens un projet bien intégré dans le milieu est de poursuivre la négociation et ultimement, de soumettre les divergences à un arbitrage.
 
« Le processus d’arbitrage en cas de divergences que nous proposons ne peut être évacué simplement parce qu’il peut entraîner des délais. Je rappelle d’ailleurs que l’urgence de réaliser le REM, un projet qui s’étalera sur quatre ans, est beaucoup véhiculée, mais aucunement expliquée. Prendre quelques mois additionnels pour concevoir un bon projet qui sera dans le paysage métropolitain pour de nombreuses décennies nous semble être un choix avisé », a soutenu M. Demers.

La Ville de Laval propose donc certaines modifications dans le but de préserver les acquis et de permettre de clore de façon consensuelle les éléments toujours en discussion avec la Caisse.
Enfin, le mémoire de la Ville de Laval traite également de la mission et l’autonomie de l’Association régionale de transport métropolitain et de l’arrimage entre le transport et l’aménagement du territoire.

Pour consulter le mémoire : https://www.laval.ca/Documents/Pages/Fr/Nouvelles/memoire-laval-projet-loi-137-reseau-electrique-metropolitain.pdf

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.