Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 juin 2017 - 08:58 | Mis à jour : 09:01

Demande de la TCLCF pour un Conseil des Lavalloises

« J’appuie entièrement la demande de la Table en faveur d’un Conseil des Lavalloises » - Jean-Claude Gobé

Par Salle des nouvelles

Le chef de l’Opposition officielle, chef d’Action Laval et candidat à la mairie de Laval, Jean-Claude Gobé, appuie sans réserve la demande faite par les représentantes de la Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) à l’effet d’instaurer un Conseil des Lavalloises. 
 
« Vous avez entièrement raison : l’égalité entre les hommes et les femmes doit absolument être au cœur de nos préoccupations. C’est la raison pourquoi j’appuie la demande de la Table de concertation de Laval en condition féminine. Je m’engage à ce qu’un Conseil des Lavalloises soit instauré dès notre élection en novembre prochain ! », a déclaré M. Gobé. 
 
La conseillère municipale de Chomedey et candidate à sa propre réélection, Aglaia Revelakis, s’est désolée des délais qu’ont déjà dû endurer les représentantes de la TCLCF. « Ça fait plus d’un an, en juin 2016, que les représentantes de la Table sont venues demander la mise en place du Conseil des Lavalloises. Avec Action Laval, vous n’aurez pas à attendre aussi longtemps pour voir le Conseil se mettre en place. Je vais même proposer dès ce soir à ce qu’un projet soit mis en place le plus rapidement possible ! »
 
Soulignons que, des quatorze candidats nommés à ce jour par Action Laval, six sont des femmes (soit plus de 40% des candidats).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.