Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 juin 2017 - 15:52 | Mis à jour : 21 juin 2017 - 11:29

« Avec le Fonds Place-du-Souvenir, nous nous assurons que l’argent qui a été détourné par la corruption et la collusion revienne à une bonne cause : nos enfants ! » — Marc Demers

Création du Fonds Place-du-Souvenir

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval, Marc Demers, a annoncé ce matin la création du Fonds Place-du-Souvenir, un levier d’intervention auprès des jeunes enfants et adolescents de 0 à 17 ans issus de milieux défavorisés. Il s’agit d’un outil complémentaire à la vision et aux champs d’activités touchés par la Politique régionale de développement social de Laval, publiée il y a une semaine.
 
La vision qui inspire les actions du Fonds Place-du-Souvenir est que « chaque enfant et adolescent lavallois peut compter sur le soutien de sa famille et celui de la communauté lavalloise afin de développer pleinement son potentiel et devenir un adulte accompli » a précisé le maire.
 
Quatre grands axes d’intervention
« Nous soutiendrons directement la jeunesse lavalloise en agissant sur quatre grands axes. Nous nous joindrons à la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale. Nous encouragerons la persévérance scolaire et la réussite éducative. Nous faciliterons l’intégration sociale des jeunes immigrants. Enfin, nous favoriserons l’accessibilité aux activités culturelles, parce que la démocratisation de l’accès à la culture est une valeur qu’il faut partager », a énoncé le maire.
 
Les moyens d’agir
Le Fonds Place-du-Souvenir dispose d’un capital de 10 millions qui sera administré à coût nul par le comité de retraite des employés municipaux avec un retour établi à 6 %, ce qui génèrera 600 000 $ annuellement — en 2017, la somme redistribuée sera de 300 000 $ puisque la moitié de l’année est déjà écoulée. Ce capital provient de la récupération des sommes qui ont été détournées par la corruption et la collusion et c’est d’ailleurs la raison du nom du Fonds Place-du-Souvenir, comme l’explique le maire : « nous voulions que tous se souviennent que céder à la corruption peut avoir de lourdes conséquences ».
 
« Nos actions seront cohérentes et complémentaires avec les cibles de notre nouvelle Politique régionale de développement social » a rappelé le maire de Laval en exprimant la volonté d’appuyer tous les partenaires qui travaillent auprès de ces jeunes. Il a également souligné qu’en créant le Fonds Place-du-Souvenir, la Ville accomplit un geste significatif en concordance avec son titre de Municipalité amies des enfants.

Le comité consultatif
Enfin, un comité consultatif aura pour tâche de déterminer les interventions du Fonds Place-du-Souvenir. Cette équipe de premier ordre est constituée de Roseline Filion, athlète médaillée, de Lynda Tousignant, avocate et retraitée de la Ville de Laval, d’Eve Dalphond, directrice de FEMMESSOR, de Luigi Morabito, éditeur de Famille Laval Magazine et Laval Families Magazine ainsi que de Jean-Pierre Tessier, retraité du Service de la culture, des loisirs et du développement social de la Ville de Laval.
 
« Nous sommes heureux et honorés que ces personnes de grande qualité aient accepté de bon gré de s’occuper du Fonds Place-du-Souvenir, un outil qui nous permettra de redonner aux jeunes lavallois l’argent qu’ils auraient pu avoir s’il n’avait pas été détourné par la corruption », a conclu le maire de Laval.

Sur la photo
Les membres du comité Fonds Place-du-Souvenir dans l’ordre habituel : M. Luigi Morabito, Mme Lynda Tousignant, le maire de Laval, M. Marc Demers, Mme Roseline Filion, Mme Ève Dalphond et, absent sur la photo M. Jean-Pierre Tessier.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.