Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 août 2017 - 07:00

L’année 2017 marque un jalon historique dans la consolidation du patrimoine naturel de l’île Jésus 

La Ville de Laval fait l’acquisition du bois du Trait-Carré

Par Salle des nouvelles

En marge d’une réunion du comité exécutif, le maire de Laval, Marc Demers, a annoncé l’acquisition par la Ville du bois du Trait-Carré. « Ce terrain inoccupé depuis des années sera mis en valeur et les résidents de ce secteur pourront profiter d’un espace vert paisible et accueillant », a déclaré le maire Demers.

Cette décision s’ajoute à une série de mesures découlant du schéma d’aménagement révisé et qui marquent un virage majeur dans la politique environnementale lavalloise. « Dans une même foulée, nous venons de créer une aire protégée dans le centre-ville, d’assurer la conservation du bois du Souvenir, de protéger le vaste secteur du bois du Totem et d’agrandir le bois de l’Équerre. L’année 2017 marque un jalon historique dans la consolidation du patrimoine naturel de l’île Jésus », a souligné le maire Demers en rappelant que la protection des espaces boisés figurait parmi ses engagements électoraux prioritaires de 2013.

Le futur bois urbain pourrait couvrir près de cinq hectares, soit l’équivalent de six terrains de football. La Ville profite de cette acquisition pour devenir propriétaire des terrains adjacents, d’une superficie de 6,8 hectares. Ces lots en friche pourraient être cédés au Groupe immobilier FTQ en compensation pour une expropriation antérieure.

La Ville s’intéressait à ces terrains depuis septembre 2016 et elle avait amorcé des négociations avec les propriétaires. « Les pourparlers pour en arriver à une entente de gré à gré n’avançaient pas et nous avons décidé de procéder par expropriation », a indiqué M. Demers. Le projet sera soumis au vote du conseil municipal du mardi 8 août 2017. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.