Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
4 octobre 2017 - 14:16 | Mis à jour : 14:20

L’administration municipale entend assurer le fonctionnement normal de ses instances démocratiques

La Ville de Laval met en demeure le Syndicat de ses cols bleus

Par Salle des nouvelles

À la suite des manifestations organisées par le Syndicat des cols bleus et ayant entraîné l’ajournement de la séance du conseil municipal du 3 octobre, la Ville de Laval a décidé d’exercer les recours légaux à sa disposition en vue de permettre le déroulement normal de ses instances démocratiques. Ainsi, la Ville de Laval vient de signifier une mise en demeure au Syndicat des cols bleus.
 
Cette procédure a été rendue nécessaire par la nature des gestes posés lors de la manifestation qui s’est déroulée le 3 octobre devant l’hôtel de ville, en marge de la séance du conseil municipal, alors que l’accès des citoyens a été bloqué, que des barrières ont été renversées et que le bruit assourdissant a empêché son déroulement normal. Pour le maire Marc Demers, le comportement des manifestants a brimé le droit des citoyens : « Les instances municipales sont là pour permettre aux citoyens de questionner les élus et d’influencer les décisions qui ont des répercussions directes sur leur quotidien. Le comportement des manifestants lors de la dernière séance du conseil municipal a privé la population de ce droit », a-t-il tenu à préciser. La mise en demeure invite donc le Syndicat des cols bleus de la Ville de Laval à exercer sa liberté d’expression de façon à ce que la séance du conseil municipal, remise à aujourd’hui, puisse se dérouler dans le respect de la démocratie et des lois.
 
Rappelons que la négociation du renouvellement de la convention collective des cols bleus de la Ville de Laval fait l’objet d’un processus de médiation actif jusqu’au 15 octobre. Le 27 septembre, le Syndicat a quitté la table de médiation en se disant insatisfait de la réponse de la Ville à ses demandes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.