Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 octobre 2017 - 09:30

Modules de parcs usagés dans Saint-François

Par Salle des nouvelles

 Des modules de parcs datés de 1997 ont été relocalisés dans le quartier Saint-François, après avoir été remplacés par de l’équipement neuf dans un autre quartier lavallois. Le candidat pour le Parti Laval-Équipe Michel Trottier dans Saint-François, Fabrice Kamion, s’indigne que des modules jugés désuets soient offerts aux enfants de Saint-François. 

« Y aurait-il à Laval deux catégories d’enfants; ceux qui méritent les modules de jeux neufs et ceux qui en méritent des usagés? Sur quels critères Marc Demers s’est basé pour donner aux enfants de Saint-François des modules usagés de 20 ans? C’est inacceptable. » Affirme Fabrice Kamion. 

Normes sécuritaires égales

Le chef de la formation politique, Michel Trottier, note l’évolution des normes en matière de sécurité pour l’aménagement des parcs, et souhaite que tous les enfants lavallois évoluent dans un environnement sécuritaire de même qualité. 

«À Laval, il n’y a pas de quartier de seconde main. Aucune raison ne justifie le recyclage de structures vielles de 20 ans et jugées désuètes. Tous les enfants lavallois méritent des infrastructures qui respectent le même standard de qualité et de sécurité. » Ajoute Michel Trottier.

Priorité quartier 

Le candidat à la mairie, Michel Trottier,  rappelle l’importance de réinvestir dans les quartiers qui sont selon lui, « délaissés depuis 4 ans ». 

« Les quartiers sont le coeur de Laval. Il faut rénover et développer les infrastructures de proximité pour rétablir les interactions communautaires et le vivre-ensemble. Redonner à des enfants d’un quartier ce qui a été remplacé ailleurs envoie un message d’iniquité qui mine la qualité de vie. » Commente M. Trottier

Le Parti Laval-Équipe Michel Trottier propose un plan de revitalisation et de développement complet pour dynamiser la vie de quartier. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.