Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 janvier 2018 - 11:49

Le maire Demers salue les efforts déployés

Le gouvernement fédéral accorde 2,7 M$ à la relocalisation du Musée Armand-Frappier

Par Salle des nouvelles

Lors de la conférence tenue le 22 janvier pour annoncer la contribution financière du gouvernement du Canada au projet de relocalisation du Musée Armand-Frappier, le maire de Laval, Marc Demers, a reconnu que le projet se concrétise un peu plus chaque jour : Je tiens à féliciter tous les partenaires impliqués. On le constate aujourd’hui : nos efforts communs portent fruit. Le projet du futur Centre d’interprétation des biosciences Armand-Frappier (CIBAF) avance rondement. »

Selon l’échéancier du projet, le futur CIBAF devrait être achevé en 2020. « Au nom des jeunes Lavallois et de toute la population, j’aimerais remercier l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, de son soutien financier de 2,7 millions de dollars qui permettra de bonifier l’ensemble de l’offre culturelle scientifique sur le territoire de Laval », a souligné Marc Demers.

Par la suite, le maire a rappelé que la Ville de Laval investissait, elle aussi, dans le projet, mais qu’un bout de chemin restait à faire, soit d’obtenir une contribution financière du gouvernement provincial : « Nous sensibilisons le gouvernement du Québec depuis maintenant deux ans et nous sommes confiants d’arriver à une entente enrichissante et bénéfique pour la réalisation de ce projet d’envergure. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.