Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 janvier 2018 - 09:21

Le financement de l’ARTM parmi les sujets abordés

Le maire Demers rencontre le ministre André Fortin

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval, Marc Demers, a rencontré aujourd’hui le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), André Fortin. Cette rencontre de travail, à laquelle assistait également Francine Charbonneau, ministre responsable de la région de Laval, a donné lieu à des échanges productifs alors que plusieurs sujets ont été abordés.

Politique de financement de l’ARTM
La première Politique de financement des transports collectifs régionaux de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) faisait partie des sujets dont ont discuté le maire Demers et le ministre Fortin. « La rencontre a été l’occasion de rappeler au ministre notre demande pressante de révision de cette première politique de l’ARTM qui actuellement pénalise grandement les citoyens lavallois », a mentionné le maire Demers. Selon les premières analyses, le financement régional serait inéquitable pour Laval puisque cette nouvelle politique engendrerait pour la Ville une hausse de contribution de 23 M$ d’ici à 2020, et ce, sans ajout de services ou d’infrastructures. Rappelons que lors de son adoption, cette politique n’a pas fait l’objet d’un consensus. « Il faut aussi considérer que l’achalandage à la STL, notre société de transport, connaît une croissance plus forte que sur le réseau montréalais, ce qui représente une autre bonne raison pour que l’ARTM ajuste sa politique », a renchérit le maire Demers.

Également à l’ordre du jour : STL, REM et A-19
Le maire Demers a également voulu sensibiliser le ministre à d’autres dossiers prioritaires pour Laval. En ce qui concerne la stratégie d’électrification de la Société de transport de Laval (STL), le maire a rappelé que cette dernière agit comme leader en électromobilité au Québec. La STL prépare ainsi un projet d’envergure pour accroître son expérience en vue de l’électrification de son réseau. Son objectif est d’opérer une ligne entièrement avec des autobus électriques d’ici 2020. Le maire a donc rappelé au ministre que certaines demandes de nature technique liées à ce projet pourraient être mieux reçues avec le soutien du Ministère.

Le maire et le ministre ont également eu l’occasion d’échanger sur le Réseau électrique métropolitain (REM) et sur son implantation en territoire lavallois. Pour le maire, qui est favorable au projet dans son ensemble, certaines problématiques demeurent toutefois, dont les voies d’accès au golf de même que les enjeux de sécurité pour la conception de certains ouvrages. M. Demers a souligné au ministre que la Ville est en fin de négociation avec la CDPQ Infra, qui gère le projet, et qu’encore une fois, son appui pourrait favoriser un dénouement favorable pour Laval.

La position de Laval face au projet de prolongement de l’A-19 a également fait partie des discussions. La Ville de Laval considère ainsi que pour compléter le réseau routier, il serait de mise d’aménager un lien autoroutier avec une conception d’échangeur de type urbain. Ce dernier requiert moins d’espace, réduit les vitesses pratiquées et permet de favoriser les déplacements d’usagers actifs (piétons et cyclistes).

Au sortir de la rencontre, le maire de Laval a souligné l’esprit d’ouverture du ministre ainsi que sa volonté manifeste d’agir dans les dossiers présentés.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.