Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 février 2018 - 08:13

Son règlement précurseur concernant les animaux salué pour son impact direct sur leur bien-être

Laval reçoit le prix Ani-Bon 2018

Par Salle des nouvelles

 Près d’un an après l’entrée en vigueur de son règlement municipal concernant les animaux, la Ville de Laval s’est vu remettre le prix Ani-Bon 2018 par l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux. Cette marque de reconnaissance créée il y a 17 ans est décernée aux instituts, organismes ou individus ayant posé des gestes visant à améliorer le bien-être animal dans notre société.

Le maire, Marc Demers, se réjouit de la nouvelle : « Nous sommes très fiers du règlement que nous avons adopté en mars dernier, lequel place la responsabilisation des gardiens d’animaux et le bien-être de ces derniers au cœur des priorités. C’est donc un très grand honneur pour nous de recevoir ce prix, d’autant plus que Laval est la toute première municipalité à se le voir décerner. »

« Nous partageons cette marque de reconnaissance avec les membres du comité consultatif qui se sont impliqués dans la réflexion ayant mené à l’adoption de notre règlement municipal », souligne Sandra Desmeules, conseillère municipale de Concorde­—Bois-de-Boulogne, membre du comité exécutif et responsable du dossier de la gestion animalière. Elle ajoute : « Offrir des services animaliers de qualité dans le respect de la vie animale est au cœur des préoccupations de notre administration. C’est d’ailleurs pourquoi nous poursuivons l’avancement de notre projet de centre de services animaliers, lequel nous permettra de privilégier des pratiques et des actions adaptées aux enjeux de ce milieu. »

Des gestes concrets pour le bien-être animal
Considérant que les animaux sont des êtres doués de sensibilité ayant des impératifs biologiques, Laval a mis en place de nombreuses mesures visant leur bien-être. Ainsi, depuis l’entrée en vigueur du règlement, il est entre autres interdit de garder un animal attaché pendant plus de 12 heures consécutives par jour, de laisser un animal sans surveillance dans un véhicule routier pendant plus de 10 minutes lorsque la température est inférieure à –10 °C ou supérieure à 20 °C, et d'utiliser tout type de collier susceptible de gêner la respiration et de causer de la douleur à l'animal. Le gardien doit également s’assurer que son animal a accès à de l'eau potable et à de la nourriture de qualité en quantité suffisante, et qu’il est gardé dans un lieu salubre et propre protégé des variations de température.

« Il était important pour nous de souligner tout le travail qui a été fait par la Ville de Laval avec l’adoption de cet excellent règlement municipal, précurseur au Québec. Espérons que ce message de respect de la vie humaine et animale sera entendu partout au Québec et inspirera toutes les autres municipalités », a souligné Jean Gauvin, président de l’AMVQ.

Stérilisation et micropucage obligatoire
Depuis le 1er janvier dernier, la stérilisation des chiens et des chats est obligatoire à Laval. En cette Semaine nationale de la stérilisation animale, rappelons que cette intervention permet de réduire considérablement le nombre d’euthanasies inutiles, en plus d’apporter de nombreux bienfaits pour la santé et le comportement des chiens et des chats.

De plus, parce qu’il permet aussi de réduire le nombre d’euthanasies inutiles en améliorant l’identification des animaux et la traçabilité de leurs gardiens, le micropuçage sera également obligatoire pour tous les chiens et les chats à Laval à compter du 1er janvier 2019.

Pour tous les détails sur le règlement municipal concernant les animaux à Laval, visitez le www.animaux.laval.ca.

Sur la photo:
Dr Jean Gauvin, président de l’Association des médecins vétérinaires (AMVQ) en pratique de petits animaux, Marc Demers, maire de Laval, Sandra Desmeules, conseillère municipale de Concorde—Bois-de- Boulogne, membre du comité exécutif et responsable du dossier de la gestion animalière et Patrick Rouillard, directeur de l’AMVQ.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.