Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 mars 2018 - 10:00

Marc Demers : la juge reconnaît la bonne foi du ML et de son chef mais endosse la position du DGEQ

Par Salle des nouvelles

La juge Caroline Roy, juge de paix et magistrat, a rendu sa décision hier dans la cause qui opposait le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) et le maire, Marc Demers.

Le maire de Laval a pris bonne note de la décision et n’entend pas en appeler. Il note également que l’honorable juge Roy a pris soin de souligner que « l’inscription du prêt et du remboursement aux rapports financiers transmis au DGEQ démontre sans équivoque la transparence du parti Mouvement lavallois à l’égard du prêt consenti par le défendeur». La juge Roy mentionne aussi que «le prêt est consenti de bonne foi par le défendeur et dans l’ignorance du seuil maximal fixé par la LÉRM.» (Décision – 540-61- 084020-178 page 10).

«L’honorable juge Roy reconnaît notre bonne foi mais nous rappelle que malgré le peu de temps que nous avions pour nous préparer à l’élection, nous devions connaître tous les aspects de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités» a déclaré le maire Demers.

Dans cette affaire, la juge Roy a retenu les arguments de la poursuite voulant qu’en 2013, M. Demers ait contrevenu à l’article 618 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LÉRM) au cours de la campagne de 2013, soit le 11 octobre. M. Demers avait alors avancé un cautionnement à son parti pour une somme dépassant la limite légalement permise par la Loi. Cependant, il importe de rappeler que jamais la limite des dépenses électorales autorisées par la Loi n’a été dépassée. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.