Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 juin 2018 - 13:22 | Mis à jour : 16:15

Michel Trottier réagit aux propos des dissidents du maire Demers

Le chef de l’Opposition officielle, Michel Trottier, salue la demande des 10 dissidents du parti du maire d’inclure les élus de l’opposition dans le processus de médiation proposé plus tôt cette semaine par le maire Marc Demers à ses troupes. C’est la confirmation que l’établissement d’un fonctionnement plus démocratique et participatif au conseil municipal se discutera avec l’ensemble des élus.

« En proposant une médiation uniquement aux membres de son caucus, le maire a démontré l’attitude hégémonique qu’il veut maintenir au conseil et qui lui est reprochée. La solidarité des dissidents envers les deux élus de l’Opposition permettra un travail de collaboration entre les différentes instances politiques de Laval qui est souhaitable et nécessaire. Les Lavallois peuvent compter sur nous pour collaborer avec tous les élus à la mise en place d’un conseil municipal inclusif, participatif et ouvert », a déclaré le chef du Parti Laval, Michel Trottier.

Des réserves sur l’ouverture du maire

Le chef de l’Opposition officielle a cependant exprimé des réserves sur les chances de succès de cette démarche en raison du style de gestion de Marc Demers, basé selon lui « sur l’exclusion et le contrôle absolu ». Les absences répétées aux séances du conseil, l’expulsion de David De Cotis du comité exécutif et les nomination à ce même comité de Stéphane Boyer et Ray Khalil, deux élus de son parti, avant même que les discussions ne soient entamées, le démontrent.

« L’absence du maire lors des 2 dernières séances du conseil municipal démontre sa difficulté à collaborer et un déni de démocratie. Ses récentes décisions ont été imposées à son équipe sans qu’une discussion ait lieu. Il a manqué de belles opportunité de démontrer de l’ouverture, mais l’inclusion de l’Opposition dans la médiation serait l’occasion de démontrer le contraire. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.