Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 avril 2014 - 15:40 | Mis à jour : 15:48

CSDL :Les employés de soutien veulent être considérés

Par Cédérick Caron

Toutes les réactions 3

Soutenant qu’ils sont les premiers à être touchés lors de coupures, les employés de soutien scolaire de la Commission scolaire de Laval (CSDL) souhaitent qu’on cesse de faire des compressions budgétaires à leur niveau et rappellent leur importance auprès des élèves.

«Il faut arrêter de faire des coupes et de diminuer les budgets dans nos secteurs. On est à la limite. Nous sommes des gens passionnés, mais les employés ont faim, indique le président du Syndicat lavallois des employés de soutien scolaire, Yves Brouillette.

Ce dernier représente 4 400 travailleurs répartis dans 50 corps d’emplois différents du technicien en travaux pratiques aux éducateurs spécialisés, en passant par les secrétaires d’école et les éducateurs des services de garde.

M. Bouillette explique que ses collègues, qui ont un salaire moyen de 27 000 $, se retrouvent souvent en situation de précarité d’emploi. Selon lui, la CSDL a tendance à couper le nombre d’heures de travail des employés de soutien, affectant ainsi le service aux élèves.

«C’est valorisant et motivant de travailler avec des enfants, mais la réduction du nombre d’heures de travail, c’est un peu comme une roche dans un soulier. Certains doivent absolument se trouver un second emploi pour combler les fins de mois et, malheureusement, la commission scolaire n’encourage pas le cumul de tâches», précise M. Brouillette.

Valorisation du travail

En tournée provinciale, la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS), à laquelle sont affiliés les travailleurs des écoles lavalloises, souhaite une valorisation du travail de ses membres. Elle entreprendra même prochainement une campagne de visibilité sur Internet et rencontrera aussi la Fédération des comités de parents.

«Nous avons notre place sur la première marche du podium aux côtés des enseignants et des professionnels, clame le président de la FPSS, Éric Pronovost. […] Nous voulons faire comprendre au gouvernement et aux commissions scolaires que nous [enseignants, professionnels et employés de soutien] formons un tout et qu’il faut travailler en équipe pour le bien des élèves.»

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactions
  • Cela risque également d'être préjudiciable aux enfants. C'est dommage car selon moi le soutien scolaire offre beaucoup d'avantages en comparaison des cours de classe, ou les élèves sont bien souvent trop nombreux.
    On sous-estime selon moi le nombre d'élèves qui progresseraient énormément en profitant de cours particuliers. Par ailleurs, j'ai déjà utilisé des sites d'annonces pour donner des cours particuliers à domicile dans plusieurs endroits en France, et j'ai toujours trouvé ça enrichissant à la fois pour l'élève et le professeur.

    Marc - 2015-01-15 10:57
  • Les coupures budgétaires vont toujours là où il ne faut pas j'ai l'impression... Il ne faut pas négliger l'importance du soutien scolaire des enfants, que ce soit à l'école ou en cours particuliers. Il y a de bons organismes types Edulide qui offrent des cours particuliers de qualité, mais il faut maintenir les organismes de l'Etat.

    Jean - 2015-06-11 05:52
  • C'est dommage que le soutien scolaire ait mauvaise presse, l'éducation tout comme la santé est un des piliers de nos sociétés occidentales. L'accompagnement scolaire contribue à aider les enfants et à rendre le monde meilleur avec moins d'inégalité pour les futures générations. Continuez vos efforts!!

    Ari - 2017-03-09 10:36