Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 décembre 2014 - 09:10 | Mis à jour : 10:00

Acte symbolique en mémoire du 6 décembre 1989

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

La Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) et la Table de concertation en violence conjugale de Laval (TCVCASL) ont commémoré le 25e anniversaire de la tragédie de la Polytechnique en tenant une action symbolique, jeudi après-midi 4 décembre.

Les participants à l’événement s’étaient donné rendez-vous devant le campus de l’Université de Montréal à Laval. Les organisatrices de la TCLCF et de la TCVCASL ont pris la parole en plus de tenir une vigile et une marche silencieuse pour souligner, également, la poursuite des luttes contre les violences faites aux femmes.

«On estime que seulement 30 % des victimes de violence signalent les crimes qu’elles subissent. Depuis le drame de la Polytechnique, on estime à au moins  1500 le nombre de femmes et enfants assassinés par leur conjoint, ex-conjoint ou un proche. Environ 1200 femmes autochtones sont portées disparues ou ont été assassinées dans l’indifférence et l’inaction du gouvernement fédéral. Sans compter que la violence économique s’accentue envers les femmes. Les mesures d’austérité mises de l’avant par l’actuel gouvernement minent l’avancée des femmes et renforcent les inégalités», a déclaré la coordonnatrice de la TCLCF, Marie-Eve Surprenant.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.