Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 août 2015 - 15:37

Des gens d'affaires de Laval s'implique à nouveau dans le Défi vélo Parkinson

Pour une cinquième année consécutive, des gens d’affaires de Laval ont décidé d’appuyer les personnes vivant avec la maladie de Parkinson en s’impliquant dans le Défi vélo Parkinson 2015.

Nicolas Carbonneau, pharmacien propriétaire du Jean-Coutu de Laval Ouest, est l’un de ceux qui s’investissent depuis la création du Défi vélo. C’est une cause qui lui tient à cœur puisque son père, Pierre Carbonneau, est atteint de la maladie de Parkinson.

« Il y a cinq ans, quand elles ont créé l’événement, Joanne Castonguay et Francine Bernier m’ont approché pour les aider à développer le réseau de partenaires d’affaires. Vous comprendrez que je n’ai pas hésité », déclare Nicolas Carbonneau. Peu à peu, d’autres l’ont suivi et ont décidé d’aider le Défi Vélo à grandir. C’est le cas de Henri Quintal, propriétaire du IGA Quintal, qui offre depuis quatre ans le repas aux cyclistes et aux bénévoles. Cette année, pour une première collaboration, le Golf Islemere ouvrira ses portes pour le 5 à 7 durant lequel le chèque de dons sera remis à Parkinson Québec.

Grâce à l’implication des gens d’affaires de Laval, le Défi vélo est devenu un événement incontournable pour Parkinson Québec. « Depuis cinq ans, c’est près 110 000 $ qui ont été amassés, et nous en sommes très fiers », confie le pharmacien propriétaire.

« Mon père va bien, mais ce n’est pas vrai pour tous les gens qui vivent avec la maladie », rappelle Nicolas Carbonneau. C’est pourquoi il est important pour lui et les gens d’affaires de Laval d’apporter des solutions concrètes afin d’améliorer la qualité de vie des patients atteints du Parkinson. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.