Publicité
1 février 2016 - 16:41 | Mis à jour : 16:44

La vigilance est de mise lors de la campagne « M'as-tu vu ? »

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) profite de la 28e campagne de sécurité en transport scolaire pour inviter tous les usagers de la route à doubler de vigilance aux abords des écoles.

Orchestrée par la Fédération des transporteurs par autobus, la campagne « M’as-tu vu ? » se déroulera du 1er au 12 février 2016.

Tous les acteurs préoccupés par la sécurité des élèves se mobilisent plus particulièrement dans le cadre de cette campagne et cela donne d’excellents résultats. Élus scolaires, gestionnaires, personnel des établissements et des services de garde, conducteurs d’autobus, transporteurs scolaires, automobilistes, parents et élèves, tous doivent observer une vigilance quotidienne afin de maintenir ce bilan.

En tant que partenaire de la campagne, la FCSQ est fière de la participation active des commissions scolaires pour qui la sécurité des élèves est la priorité lorsque vient le temps d’organiser le transport scolaire de plus de 575 000 élèves sur un parcours de près d’un million de kilomètres à travers le Québec.

C’est pourquoi la FCSQ invite toutes les commissions scolaires du Québec à s’impliquer activement, comme elles le font d’ailleurs depuis plusieurs années, dans la campagne 2016 de sécurité en transport scolaire.

La Fédération des commissions scolaires du Québec regroupe la vaste majorité des commissions scolaires francophones du Québec ainsi que la Commission scolaire du Littoral.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.