Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 janvier 2017 - 09:49

Une première au Québec pour venir en aide à une espèce menacée

Par Salle des nouvelles

Éco-Nature, organisme dédié à la protection et à la conservation de la rivière des Mille Îles, s’est distingué il y a quelques années, en restaurant une cheminée en ruines sur l’île aux Fraises afin d’offrir un habitat propice à la nidification du martinet ramoneur, une espèce désignée menacée au Canada. L’organisme poursuit cet objectif en aménageant deux cheminées à même ses nouveaux bureaux administratifs situés dans le quartier Sainte-Rose à Laval, pour aider ce petit oiseau méconnu. 

L’ancienne maison patrimoniale Félix-Labelle, restaurée par la Ville de Laval, possédait trois cheminées aujourd’hui non fonctionnelles. Avec l’appui de la Ville de Laval et de l’entreprise Rocart Construction, qui a réalisé les travaux de rénovation du bâtiment, deux cheminées ont été restaurées. Éco-Nature a bénéficié de l’expertise du Regroupement QuébecOiseaux et de Maçonnerie JB afin de concevoir des chapeaux de cheminées qui permettent aux martinets ramoneurs de nicher. Faits sur mesure, ces chapeaux répondent aux recommandations émises par le regroupement QuébecOiseaux et Environnement Canada. Il s’agit de la seule initiative du genre au Québec. Les deux cheminées offrent désormais des habitats essentiels pour cette espèce, qui, comme son nom l’indique, utilise les cheminées de maçonnerie pour se reposer et pour y construire son nid. En espérant que cette surprenante collaboration en inspire d’autres. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.