Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 avril 2017 - 09:12

PAS DE MONNAIE? PAS DE PROBLÈME !

Première canadienne : paiement par carte de crédit à l’essai à bord des autobus de Laval

Par Salle des nouvelles

C’est hier que la Société de transport de Laval (STL) et le Mouvement Desjardins, en présence de monsieur Marc Demers, maire de Laval, ont annoncé la mise en place d’un projet pilote qui permettra d’accepter les paiements par carte de crédit Visa ou MasterCard à bord des autobus de Laval. Les deux sociétés québécoises unissent leurs forces pour la réalisation de ce projet pilote innovant, qui entrera en vigueur dès le vendredi 21 avril prochain, sur six lignes d’autobus de la STL : 20, 39, 48, 60, 63 et 73. La STL sera la première société de transport collectif au Canada à faire l’essai d’une solution de paiement par carte de crédit à bord d’autobus. 

La technologie choisie est un terminal de paiement sans contact, comparable à ceux que l’on retrouve chez la plupart des grands détaillants au Canada. Cette solution de paiement Monetico, développée par Desjardins, permet un paiement instantané en tapant simplement sa carte sur le terminal, sans avoir à l’insérer, la glisser ou à entrer un numéro d’identification personnel. La nouvelle option de paiement par carte de crédit sera offerte pour les passages uniques, et s’ajoutera à celles déjà en place, comme le paiement au comptant et l’achat de droits de passage. Cette solution pratique permettra à nos clients occasionnels du transport en commun de gagner du temps, n’ayant plus à prévoir la monnaie exacte ou à se procurer un titre de transport. 

« À la STL, l’innovation est une philosophie profondément ancrée dans les processus d’affaires », souligne Marc Demers, maire de Laval. « Le transport collectif est un vecteur de développement important pour la ville de Laval. Nous sommes très heureux de soutenir ce type d’expérimentation à la STL, qui bonifie l’offre de services en transport en commun auprès des Lavallois et de tous les visiteurs sur notre territoire », ajoute M. Demers.  

« Simple, sécuritaire, et rapide, cette nouvelle option de paiement offre une réponse aux clients qui n’ont pas toujours la monnaie exacte ou qui n’ont pas le temps de se procurer un titre de transport. En ce sens, nous espérons attirer de nouveaux clients et convaincre notre clientèle occasionnelle à inclure davantage le transport collectif dans ses habitudes de déplacements », indique David De Cotis, président du conseil d’administration de la STL. « Le paiement sans contact est une tendance lourde en transport en commun partout dans le monde. Nous sommes très fiers de ce partenariat avec Desjardins, qui partage notre volonté de contribuer activement à l’avancement de la technologie et, du même coup, de nos industries respectives », conclut M. De Cotis.

« Nous sommes heureux de nous associer à la STL pour offrir à sa clientèle une expérience de paiement à la hauteur de ses attentes et pour contribuer à l’élargissement de l’offre de paiement dans l’industrie du transport en commun, a déclaré André Chatelain, premier vice-président Services aux particuliers, Paiements et Marketing Mouvement, chez Desjardins. Comptant parmi les leaders mondiaux en matière de systèmes de paiements, Desjardins souhaite que cette innovation, unique au Canada, représente un premier jalon vers l’intégration du paiement sans contact dans différents modes de transport au pays. »

Mentionnons que les résultats de cette expérimentation seront partagés avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) et les autres sociétés de transport en commun du Québec. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.