Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 mai 2017 - 15:54

Un élève de l’École Curé-Antoine-Labelle décroche le premier prix

Par Salle des nouvelles

À l’issue du cinquième concours de vidéos de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui s’est terminé le 13 mars dernier, Félix Lachapelle, un élève fréquentant l’École Curé-Antoine-Labelle dans la région de Laval, a remporté les honneurs.

Grâce à sa vidéo intitulée Alors pourquoi pas au travail?, Félix Lachapelle a terminé au premier rang dans la catégorie Jeunes de 24 ans ou moins fréquentant une école secondaire ou un centre de formation professionnelle. Dans la vidéo, il incite les jeunes à faire respecter leurs droits au travail, à demander une formation et à prendre soin de leurs collègues, à l’aide de situations de la vie courante. Il remporte ainsi un prix en argent de 1 000 $. Une somme identique sera aussi remise à son établissement scolaire. On peut visionner la vidéo au http://travaillerensecurite.com/index.php/concours-video-termine.

La CNESST est fière de souligner que la vidéo de Félix Lachapelle a également été soumise au vote du public d’un concours orchestré à l’échelle canadienne. Du 29 avril au 5 mai, partout au Canada, les gens du public ont été invités à voter pour leur vidéo favorite. L'étudiant ayant soumis la vidéo qui obtiendra le plus grand nombre de votes gagnera un prix de 1 000 $.

Rappelons que le concours de vidéos vise à ce que les jeunes deviennent porteurs des messages de prévention en santé et sécurité et que ceux-ci contribuent à faire connaître les conditions minimales de travail à leurs pairs.

Les jeunes et les nouveaux travailleurs, une clientèle plus à risque
Au Québec, 28 jeunes sont victimes d’un accident du travail chaque jour. Les employés de 24 ans et moins sont particulièrement à risque de subir un tel accident, parce qu’ils présentent une mobilité élevée en emploi et que les fonctions qu’ils détiennent comportent souvent un cumul de contraintes physiques (manipulation de charges lourdes, travail répétitif, etc.) et organisationnelles (horaires irréguliers, travail de nuit, etc.).

De plus, les jeunes ne connaissent pas toujours leurs droits et responsabilités en matière de normes du travail. Il existe des conditions minimales qui doivent être offertes aux employés telles que le salaire, l’horaire de travail et les congés. Il est important qu’ils soient informés et en prennent conscience. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.