Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 juin 2017 - 14:33

Karaté Kids : les bienfaits du karaté pour vos enfants

article commandité

Les arts martiaux sont connus depuis toujours pour associer les performances physiques et les valeurs morales dans une discipline qui encourage au respect et à la rigueur. Pourquoi ne pas faire profiter vos enfants de cette belle école de la vie ?

Le Dojo Kun : un esprit zen dans un corps fort

Au dojo (l’école de karaté), la seule compétition qui est encouragée c’est celle de l’enfant avec lui-même, pour devenir meilleur. Le karaté pour les enfants n’est pas encore abordé comme un sport de combat, mais comme l’art martial idéal pour canaliser son énergie et apprendre à se concentrer.

La rigueur et le self-control sont mis à l’épreuve, par le biais de l’apprentissage de techniques physiques et d’une concentration très rigoureuse.

Le dojo kun est un ensemble de règles que même les plus jeunes karatékas doivent respecter quotidiennement : perfectionner son caractère, être loyal, se surpasser, respecter les autres et ne jamais céder à la violence.

Parmi les bienfaits de la pratique du karaté chez les enfants, notons :

  • la concentration
  • le code moral
  • l’exercice physique
  • la décharge du stress et de l’hyperactivité
  • l’équilibre et l’orientation du corps
  • la confiance en soi
  • la progression
  • le plaisir

De 3 à 5 ans, un enrichissement moteur et physique

Pour les tout-petits, si la pratique régulière du karaté est déconseillée, des séances de découverte et d’initiation sont tout à fait envisageables. La pratique du karaté chez les très jeunes (3-5 ans) permet de mettre en œuvre des mouvements latéraux droite-gauche, d’utiliser leurs quatre membres et de développer leur équilibre.

Autant de mouvements qui les aideront à mieux connaître leur corps, à mieux le contrôler et à savoir gérer leur débordante énergie. L’initiation au karaté des tout-petits se fait dans un environnement chaleureux, stimulant et ludique. Le plaisir compte, au dojo. Les cours de karaté permettront à vos enfants de relever des défis dans un environnement respectueux. Des exercices éducatifs pour apprendre à respecter les consignes et maîtriser son énergie.

Ces découvertes physiologiques que sont la prise de conscience du schéma corporel, l’aiguisage de l’adresse, et le travail sur l’équilibre, constituent un véritable enrichissement moteur et physique.

6 ans, l’âge idéal pour comprendre les valeurs du karaté

Selon le gabarit des enfants, la pratique régulière du karaté commence généralement à 6 ans. À cet âge, l’enfant a déjà conscience des libertés individuelles des uns et des autres. Il est alors capable de comprendre le self-control, le respect d’autrui et par conséquent l’étiquette martiale du karaté.

Une approche sportive et une belle discipline. À ce jeune âge, les entraîneurs apprennent à l’enfant à chercher l’intérêt collectif, ou au contraire à faire un pas en avant s’il est trop introverti. Sa personnalité peut alors s’épanouir tout en accordant aux autres enfants autour de lui de la valeur et de l’empathie. Le karaté permet aux enfants un peu timides de se révéler, tandis qu’aux Enfants-Rois, il enseignera l’humilité et le respect.

Par la discipline et le travail, l’enfant comprendra comment on obtient des résultats positifs, à force d’entraînement, de répétition, de régularité, de calme et d’application. Ces valeurs (respect, confiance en soi, travail) aideront petit à petit l’enfant à transformer l’opposition systématique de l’enfance en ouverture sociale.

Pour les enfants, c’est la pratique du karaté traditionnel qui est privilégiée. Les bases. Les cours enseignent le code moral de cette discipline martiale. Les techniques. Les combats ne viennent que beaucoup plus tard, si l’adolescent désire se lancer dans les compétitions.

Le Karate Do est avant tout un art de vivre, qui apportera à l’enfant à long terme les guides pour sa vie d’adulte, personnelle et professionnelle, et surtout pour sa vie en communauté. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.